Denis Brulé et Clément Delangue nous parlent de Moodstocks

Récemment, la reconnaissance d’objets a fait la une de l’actualité dans le secteur de la réalité augmentée. Layar, leader du secteur, a par exemple annoncé la sortie pour la fin de l’année de Layar Vision, censé permettre à la réalité augmentée de passer le fatidique cap de l’adoption massive.

Mais des solutions existent déjà sur le marché pour marier reconnaissance d’objets et réalité augmentée.

C’est pourquoi nous sommes allés rencontrer Denis Brulé, co-fondateur de Moodstocks et Clément Delangue, responsable du développement commercial.

RA’pro : Pour commencer quelques questions générales pour mieux vous connaître. Pouvez-vous en quelques mots vous présenter et nous décrire votre parcours ?

Denis: Ingénieur de formation, j’ai complété mon cursus par une ouverture au monde entrepreneurial dans le cadre d’HEC Entrepreneurs. J’ai ensuite initié ma carrière professionnelle dans le milieu de la finance de marché, pendant 2 ans. Puis je me suis lancé dans l’aventure Moodstocks avec Cédric, mon associé. C’était en 2007. Depuis le début, nous sommes soutenus par l’Ecole Centrale, où nous avons passé 36 mois. En 2009, nous avons remporté le concours d’aide à la création d’entreprises technologiquement innovantes organisé par le ministère de la Recherche. Et levé des fonds auprès d’entrepreneurs à succès du Web.

Clément: Après quelques expériences dans le conseil et l’entrepreneuriat, j’ai découvert les technologies mobiles chez eBay où je travaillais à la fois pour la France et l’Angleterre. Afin de continuer à en explorer les fantastiques opportunités et la manière dont elles peuvent modifier en profondeur nos modes de vie, j’ai rejoint Moodstocks. C’est pour cette même raison que je suis aussi très impliqué dans l’entrepreneuriat social, à la fois dans le cadre de MakeSense et de Milaap.

L’entreprise

RA’pro : Comment décrivez vous Moodstocks?

Moodstocks : Moodstocks repose sur une vision simple. De même que tout site Internet possède une barre de recherche, toute application mobile fera usage d’un scanner pour trouver de l’information numérique associée à un objet physique.
Le scanning selon Moodstocks utilise le capteur appareil photo des smartphones: le résultat de la recherche est obtenu en temps réel en pointant l’appareil sur l’objet d’intérêt. Plus besoin de saisir de texte !
Afin de démocratiser la fonctionnalité, nous fournissons les outils (API, SDK) qui permettent à tout développeur de l’intégrer dans une application mobile en quelques minutes. Notre objectif est de devenir la plate-forme de référence grâce à une technologie à la pointe mais simple d’emploi.

RA’pro : Comment un développeur peut utiliser votre API ?

Moodstocks : Il suffit de s’inscrire en ligne, puis de créer une clef d’API pour commencer à tester gratuitement notre plate-forme. A vous ensuite d’utiliser les outils que nous avons mis à votre disposition en vous aidant de notre documentation et de notre FAQ. S’il vous reste tout de même des questions, nous mettons à votre disposition un chat de support sur lequel vous pouvez contacter directement nos équipes.

RA’pro : Combien de développeurs utilisent aujourd’hui votre API?

Moodstocks : Aujourd’hui, plus de 400 développeurs sont inscrits sur notre API. Et bien plus à venir !

RA’pro : Quelles sont les usages des applications ?

Moodstocks : Ils sont très divers. Vous trouverez sur notre site internet une galerie avec les vidéos de certains d’entres-eux. Vous avez par exemple des applications permettant de scanner une affiche de cinéma pour réserver sa place (Gaumont), de scanner un catalogue ou des produits pour vérifier leur disponibilité (Auchan ou Castorama), d’augmenter une exposition avec des vidéos (Citroën), de transformer votre tee-shirt en carte de visite (Capturio) ou encore d’organiser des chasses au trésors à grande échelle (Volkswagen).
Les applications existantes ne représentent encore qu’un infime pourcentage des usages pertinents du scanning mobile et de la réalité augmentée. Nous comptons donc sur les développeurs et créatifs pour inventer les usages de demain.

RA’pro : Nous avons eu l’occasion de visionner la vidéo de présentation de l’utilisation de votre API par Citroën, pouvez-vous nous raconter la genèse de cette application tout à fait bluffante?



Moodstocks : La problématique était simple: comment “augmenter” une exposition d’une manière simple et intuitive pour les visiteurs ? Le dispositif permettait donc de pointer des iPads sur des oeuvres et de consulter en temps réel, en surimpression, les vidéos associées à ces oeuvres. Plusieurs dizaine de milliers de visiteurs en ont fait l’expérience et nous avons eu énormément de retour positifs. C’est pourquoi le dispositif va bientôt être reproduit à Moscou et à Pékin.

RA’pro : Selon vous la reconnaissance d’image va-t-elle détrôner l’usage du qr-code?

Moodstocks : Nous pensons en effet que le QR Code n’est pas la technologie la plus pertinente aujourd’hui, c’est dans cette optique que nous avons lancé la campagne “invisible qr code”. Les bonnes pratiques en matière de QR Codes nous disent clairement qu’il est nécessaire, en plus du QR Code de préciser sur l’affiche:
1) Quel lecteur utiliser
2) Comment scanner le QR Code
3) Pourquoi scanner le QR Code
A partir de là, ce que nous proposons est de conserver ces trois point en supprimant le QR Code, d’ailleurs souvent plus difficilement scannable que l’affiche elle-même.

RA’pro : Dés que nous parlons de reconnaissance d’images nous pensons immédiatement à la reconnaissance faciale et protection de la vie privée. Quelle est politique sur ce point précis?

Moodstocks : Même si les technologies sont voisines, notre API ne permet pas de reconnaître les visages. Nous avons choisi de nous concentrer sur les objets, car les applications nous paraissent plus concrètes.

Business

RA’pro : Quel est le business model de Moodstocks?

Moodstocks : Nous privilégions un modèle à la consommation. Nos clients sont facturés selon le nombre d’appels effectués à l’API, et le nombre d’images indexées. Nous sommes néanmoins capables de faire preuve de flexibilité, car nous souhaitons avant tout démocratiser les usages.

RA’pro : De quoi avez vous besoin actuellement pour poursuivre le développement de Moodstocks?

Moodstocks : Nous sommes entièrement focalisé sur l’action commerciale, lancée en janvier dernier. Notre objectif est de multiplier les intégrations, auprès des grands comptes, des start-ups, et des développeurs indépendants.

La réalité augmentée

RA’pro : Pouvez-vous nous donner votre propre définition de la réalité augmentée ?

Moodstocks : La réalité augmentée doit dépasser son coté futile pour devenir utile. Pour nous, c’est un concept qui permet littéralement d’”augmenter” l’expérience des utilisateurs, à condition d’entendre leurs retours en matière d’ergonomie. Par exemple, lors de l’exposition organisée par Citroën, nous nous sommes rendus compte que les visiteurs ne souhaitaient pas que les vidéos associées aux oeuvres soient affichées au dessus de celles-ci, en faisant du tracking. Ils avaient juste envie d’accéder au contenu le plus rapidement possible, pour pouvoir continuer à le consommer même lorsque l’iPad n’est plus pointé sur l’oeuvre. Ils voulaient aussi retrouver les vidéos toujours au même endroit, comme un automatisme. Cette interface nous a permis de rendre le dispositif de réalité augmentée efficace pour un large public de non-initiés. C’est une fierté!

Prospective

RA’pro : Pour revenir au concept de réalité augmentée, quelle sera sa place à votre avis dans notre monde en 2030 ?

Moodstocks : La logique voudrait que la réalité augmentée fondée sur la reconnaissance d’images contamine toutes les interfaces d’acquisition d’un flux vidéo, comme les caméras, les lunettes, voire les pares-brises ou les lentilles de contact. Et si on va jusqu’au bout de la démarche: la rétine ! Mais cela relève pour l’heure plus de la science-fiction que de la réalité …

RA’pro : Avez-vous quelques lancements pour les semaines qui viennent ?

Moodstocks : Oui ! Notre SDK va très bientôt s’enrichir d’un mode déconnecté, qui permettra la reconnaissance en temps réel même en l’absence de réseau, par exemple dans le métro ou encore dans des musées. C’est une exclusivité mondiale ! La première application qui intégrera cette nouveauté sera notre scanner universel, capable de décoder aussi bien les codes-barres que les images. La sortie est prévue courant Octobre.

Merci pour cet échange et le scoop de votre solution de scanning “universel”. Nous suivrons avec intérêt l’évolution de Moodstocks.

Olivier Schimpf (205 Posts)

J’ai une formation technique et je suis passionné par les nouvelles technologies et tout ce qui s’en approche.

Aujourd’hui je participe,à l’animation du blog http://augmented-reality.fr. En 2011, nous avons créé avec Gregory Maubon, l’association de promotion de la réalité augmentée RA’pro dont je suis le président. Dans le cadre des activités de RA’pro, je co-organise les ARuseCamp (http://ARuseCamp.org) et j’interviens pour des conférences, des ateliers ou du conseil et de l’accompagnement.

Vous pouvez me joindre à cette adresse olivier@augmented-reality.fr ou via skype olivier.schimpf

Linkedin ; http://www.linkedin.com/profil…..rk=tab_pro


5 comments for “Denis Brulé et Clément Delangue nous parlent de Moodstocks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *