Formation et apprentissage : la réalité augmentée va-t-elle nous rendre stupide ?

L’été permet souvent de revenir sur des questions de la plus haute importance, y  compris dans le domaine de la réalité augmentée ! L’article de Anand Dibble (CIO de Brainberry Global) nous permet de réfléchir sur un point que nous avons parfois abordé en lien avec la formation et l’apprentissage : La réalité augmentée va-t-elle faire de nous des idiots connectés ?

La réalité augmentée est de plus en plus utilisée dans le domaine de la formation et de l’apprentissage. Elle permet en particulier d’apprendre des gestes techniques de manière assez naturelle. Utiliser une vidéo ou une animation 3D comme une sur-couche de réalité donne la possibilité d’ “immerger” l’apprenant dans le réel tout en conservant le coté reproductible de l’action. A force d’essais, d’erreurs et de corrections, il est donc possible d’améliorer son geste.

Voici un exemple où la réalité augmentée permet au peintre en industrie d’améliorer son geste pour augmenter son efficacité (http://www.virtualpaint.eu).

© Laster Technologies

© Laster Technologies

Dans certaines circonstances, il est possible de se passer complètement de l’apprentissage et d’imaginer des systèmes de guidage de gestes utilisant la réalité augmentée, souvent pour des situations d’urgence. Nous avons parlé ici de l’expérience CAMDASS (Computer Assisted Medical Diagnosis and Surgery System) de l’ESA. L’objectif est de permettre à des astronautes d’effectuer des soins d’urgence sans aucune assistance terrestre (et bien entendu sans aucune connaissance). On retrouve les mêmes problématiques dans les situations de combat où, par exemple, l’équipage d’un char en opération doit effectuer des réparations sur un équipement complexe.

Dans ces derniers cas, il n’y a donc pas de situation d’apprentissage … Est-il donc possible de s’en passer dans tous les domaines ? C’est le sujet de l’article de Anand. Pourquoi ne pas créer une banque globale de données de tous les gestes techniques et les reproduire à volonté en utilisant une paire de lunettes et la réalité augmentée ?

image005Nous avons déjà déporté une partie de nos connaissances sur Internet en utilisant Google comme aide mémoire, pourquoi ne pas faire la même chose avec nos savoir-faire ? Dans cette perspective on peut se poser la question de la place de l’humain. En effet, nous serions tous interchangeables, simple vecteur de l’action. Et, en allant ou bout du raisonnement, un humain est-il nécessaire ?

Nous n’avons pas de réponse définitive à cette question mais nous l’avons abordé plus directement au cours de notre 1er ARuseCamp à Paris et dans l’édition 2014 de Laval Virtual. Il en ressort plusieurs constats :

  • La créativité ne peut pas être (pour le moment) intégrée dans les séquences d’assistance. C’est extrêmement problématique pour faire face à des situations réelles. Dans ce cas, c’est l’expérience de l’utilisateur qui prends le dessus. Sans formation et pratique, il n’y a pas d’expérience
  • Dans un monde sans apprentissage il n’y a pas d’évolution possible des gestes techniques car il n’y a pas d’erreurs. Les procédures et les gestes sont figés.
  • De nouveaux métiers sont en train d’apparaître autour de la récupération et la scénarisation du geste technique. Ces nouveaux “metteurs en scène” seront capitaux pour optimiser les sessions de formations et, par conséquent, réduire le temps (et l’argent, nécessaire à l’acquisition du geste.

Il semble donc que nous ne soyons pas devant la disparition complète de la formation, et que l’expérience est encore quelques jours à vivre … Pour revenir à l’exemple de la connaissance stockée dans “le nuage”, nous avons toujours besoin de l’esprit et de la réflexion de l’Homme. Les bases sont là et Internet permet de les rendre accessible au plus grand nombre. Prenons l’exemple des MOOC. Diffuser et stocker des cours des plus grandes universités en ligne va t il faire disparaître les écoles? NON, mais cela offre la connaissance! A qui la veut.

Nous allons donc plutôt vers un mode d’action hybride où les gestes les plus “importants” seront à disposition dans une sorte de “WikiKnowHow” où nous pourrons tous piocher. Nous pouvons même imaginer (réver?) que cette offre de gestes connus et reconnus permettra de consacrer le corps et l’esprit des utilisateurs à des actions plus exaltantes !

Qu’en pensez-vous ?

Grégory Maubon (410 Posts)

Grégory MAUBON est consultant expert en réalité augmentée et usages numériques. Il est à l’origine en 2008 du site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA’pro l’association de promotion de la réalité augmentée. Il propose aujourd’hui des prestations pour aider les entreprises et les institutions à définir avec précision leurs besoins en réalité augmentée et les accompagner dans la mise en place. Grégory MAUBON est également animateur et conférencier.


7 comments for “Formation et apprentissage : la réalité augmentée va-t-elle nous rendre stupide ?

  1. Amine
    13 août 2014 at 17 h 10 min

    Comme toujours, l’objectif, c’est l’optimisation

  2. arnaud
    22 septembre 2014 at 14 h 18 min

    Améliorer les gestes techniques .. mais pas que!

    Je rêve d’un logiciel simple à prendre en main , qui permette d’ajouter et de lancer un commentaire/schéma d’interprétation/video/son dès qu’un objet ou une image est reconnue.

    Aujourd’hui, cela fonctionne bien avec les QRCodes … il faudrait être capable de reconnaître un objet parmi la réalité (je pointe mon smartphone vers une fleur, elle est reconnue, son nom apparaît et un commentaire est lu par exemple).
    Je sais que cela existe … théoriquement… déjà : soit ce sont des logiciels complexes à prendre en main (avec du code… j’attends du simple!!) , soit c’est annoncé comme fonctionnel (Aurasma) mais ça plante de tous les côtés.

    Le jour où il y a du simple et efficace, là nous pourrons réfléchir aux applications pédagogiques !!

  3. 22 septembre 2014 at 16 h 53 min

    Bonjour Arnaud,

    Je ne partage pas ton dernier point de vue. Si nous attendons que les choses soient parfaites pour travailler des applications pédagogiques, nous risquons de voir la RA s’adapter à d’autres secteurs. C’est une boucle sans fin.
    Au contraire, il faut tester des cas adaptés à la technologie et aller un peu plus loin petit à petit. Cela permet de faire des trucs comme cela et c’est déjà bien => http://www.augmented-reality.fr/2011/05/laval-2011-interview-de-know-how-augmented/

  4. arnaud
    22 septembre 2014 at 20 h 10 min

    Ce ne sont pas les idées qui manquent, le problème que je rencontre est l’absence d’outils simples et fiables.

    J’ai regardé la vidéo de l’article cité : techniquement, c’est top … pédagogiquement, cela existe déjà http://mirage.ticedu.fr/?page_id=785 … mais perso, que ce soit un QRcode ou une forme géométrique, ça ne me parle pas. J’ai besoin de concret : tel zone de telle image ou tel texte, oui .

    Très concrètement, lorsque je vois les exemples (surtout la première image et la vidéo en fin d’article sur http://svt.ac-creteil.fr/?Utilisations-pedagogiques-de-la-realite-augmentee ), j’adhère à 2 000% (sinon, je ne serais pas abonné à votre newsletter ;)) malheureusement, pour l’instant , je me casse les dents (je n’ai peut-être pas le tout dernier android …) .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *