Suboceana : découvrir et plonger autrement

Nous profitons de la parution récente du 2ème opus de la collection “découvrir autrement” de Suboceana pour faire un point avec Philippe Carrez sur le chemin parcouru et en savoir plus sur le positionnement de sa société. 

Bonjour Philippe, nous t’avions interviewé en 2013 suite à la sortie d’un ouvrage augmenté dédié à la biodiversité de la Méditerranée. Le 2ème tome dédié à la vie en eau douce vient de paraître. Quelles avancées technologiques as-tu pu constater entre 2013 et 2016.

Nous avons en effet réussi à renouveler le partenariat avec des institutionnels tels que l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée et Corse et les parcs nationaux de Port-Cros et du Mercantour, pour réaliser un ouvrage sur la vie en eau douce. On peut désormais parler de la collection “découvrir autrement”, et ce grâce à l’équipe de l’association Déclic Bleu Méditerranée et ses partenaires qui en sont les auteurs/illustrateurs et aux Editions Turtle Prod.

Pour ce qui concerne notre partie, c’est-à-dire le développement de l’application et du site internet, nous n’avons pas vraiment vu évoluer la technologie de la réalité augmentée si ce n’est que les téléphones étant plus puissants, nous avons pu travailler sur des rendus plus sympas dans les textures des poissons, sachant que le contenu 3D est embarqué dans l’application.

Milieux marin, sous marin et nautique sont les domaines de prédilection de Suboceana. Comment es tu arrivé dans cette niche et penses-tu que la réalité augmentée et la réalité virtuelle y aient un apport particulier ?

« It’s A Good Day to Dive » (not to die) ©1988 Philippe CARREZ

En fait, j’ai commencé avec monde sous marin parce que je suis moi-même un plongeur Geek ! je m’explique : j’ai commencé avec « It’s a Good Day to Dive » sur Atari STf. C’était en 1987 ! A l’époque, j’étais étudiant. Vingt ans plus tard, je créais Suboceana® avec des projets faisant appel aux nouvelles technologies liées à la découverte des océans, la sensibilisation à l’environnement et la plongée sous-marine. Dans ce cadre, j’ai développé des outils éducatifs comme « Heps le plongeur Virtuel » ou le « Computer Diving Simulator™  » pour PADI® Americas, des applications de découverte telles que “Mediterranean Dive Spots” et “Découvrir Autrement”.

A l’heure actuelle, sérieusement, on a peu d’activité mise à part les projets bien spécifiques de formation avec des plongeurs professionnels. Notre activité s’est principalement et naturellement tournée vers le monde industriel et celui du tourisme avec, à l’arrivée de mes 3 premiers collaborateurs, un nouveau nom pour la société “Immersion Tools”. Nous nous sommes dès lors ouverts à des projets divers et variés dans des domaines autres que et bien loin du monde sous-marin.

Cet été, on a entendu parlé de vous jusqu’au musée océanographique de Monaco avec le projet Immerseave, une animation immersive de plongée à 360°. Comment a été perçue l’expérience ?

En deux mots : “super bien !”

En fait nous avons lancé le projet mi juillet et début août il nous a été demandé plus de contenu que celui proposé initialement, à savoir une immersion dans l’eau limpide de la mer de Sulu aux Philippines, des images qui proviennent d’une expédition menée par le musée océanographique.

Nous avons donc proposé une plongée virtuelle en 3D stéréoscopiques avec les requins, c’est-à-dire avec un vrai relief 3D.  Les plongeurs étaient libres de leurs mouvements sous l’eau. Ils étaient plutôt agréablement surpris par ces plongées.

Dans ce projet, il y avait un challenge technique que nous avons réussi, à savoir piloter 30 masques en simultané ! et nous avions seulement dix jours pour que cela fonctionne…

Cette expérience a été encouragée et félicitée par la direction du Musée Océanographique de Monaco avec qui j’espère nous aurons plaisir à retravailler.

Au départ tu étais seul et vous avez bien grandi. Combien êtes-vous aujourd’hui et quels sont vos développements en cours et à venir ?

Aujourd’hui nous sommes huit. Quatre développeurs, un graphiste 3D,  un responsable commercial, une assistante de direction et moi même.

Les 4 premières années de lancement ont été difficiles mais on progresse. En 2017, nous avons de bonnes perspectives pour les projets en cours et à venir. D’ailleurs notre équipe s’agrandit encore la semaine prochaine !

Parmi les projets en cours, nous avons enchaîné à Monaco avec un projet de vidéo 360° pour la Direction du Tourisme et des Congrès. Pour Rexel France, nous proposons une solution leur permettant de présenter leur offre domotique Energeasy Connect de manière innovante et interactive. Avec Leroy Merlin nous développons des visites virtuelles de showroom et ça plaît !

Pour vous et votre équipe, l’avenir est plutôt VR ou AR ?

À vrai dire les deux ! On développe de plus en plus de solutions qui mixent l’ensemble. Au delà des projets que je viens d’énoncer, un de nos projets en cours avec Mitsubishi Electric France propose de la VR et de la RA de manière complémentaire.

Je dirais que généralement, on va aller vers de la VR pour des présentations en présentiel comme des salons par exemple et de la RA sur du print car l’utilisation de marqueurs reste plus accessible que l’usage d’un casque de VR.

Merci Philippe et rendez-vous sur le site de Suboceana pour en savoir plus.

Sandrine Agnelli (2 Posts)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *