Beauté, cosmétique et réalité augmentée : le trio déjà gagnant !

Nous avons parlé à plusieurs reprise sur ce site de l’utilisation de la réalité augmentée dans le domaine de la beauté. Il existe plusieurs applications mature dans ce domaine et la dernière étude publiée début juillet par l’agence Intage à la demande de Perfect Corp.(éditeur de la suite YouCam qui a dépassé les 100 millions de téléchargement) renforce encore l’idée que le marché a atteint sa maturité.

L’étude menée par Intage s’est déroulée au Japon sur environ 25000 femmes, dont une partie étaient déjà des utilisatrices de l’application YouCam Makeup. Il ne s’agit donc pas de comparer cette application avec une autre mais de mesurer son impact sur les achats en produits cosmétiques. Et c’est ici également l’intérêt de cette étude : on ne parle pas d’intention d’achat, mais d’achat réel en magasin ou en ligne.

Vous trouverez dans l’illustration ci-contre les principaux résultats de cette étude ainsi que sur cette présentation (reprise à la fin de cet article). On peut résumer rapidement les choses en disant que les utilisatrices de YouCam Makeup achètent significativement plus de produits cosmétiques (en coût total et en nombre). De plus, le fait de tester virtuellement le produit est une incitation forte (ou très forte pour certains produits) à l’achat. Évidemment, cela se traduit par un bénéfice mesurable en terme de vente pour les marques utilisant l’application. Le fait que L’Oréal, pourtant éditeur de sa propre solution de réalité augmentée Make Up Genius, ait rejoint YouCam Makeup ne fait que confirmer cela.

L’analyse du profil des utilisatrices est également intéressant, bien qu’il faille garder à l’esprit que nous sommes sur une approche culturelle à la technologie assez différente de l’Europe ou même des USA. Si les utilisatrices sont en majorité âgées de moins de 40 ans, on remarque que l’utilisation de l’application et que l’influence de cette dernière est particulièrement forte sur les moins de 20 ans. Contrairement à une idée reçue et même si elles suivent plus que la moyenne l’actualité mode et people, elles sont très exigeantes sur la qualité des produits et multiplient les tests pour trouver “la perle rare”. L’application n’est donc pas principalement un outil d’influence comme pourrait l’être une communication ou une publicité, mais véritablement un “assistant beauté” dans la poche, un outil « empowerment » comme déclarait dans une interview Thea Mai Baumann, fondatrice de Metaverse. La fonction de l’outil est de faciliter les tests multiples et de permettre aux utilisatrices de pouvoir sortir des sentiers battus en toutes confiance.

On comprend donc facilement pourquoi l’application YouCam Makeup à tant de succès (plus de 200 millions de téléchargements) et la raison qui pousse les marques de cosmétique à la rejoindre, ainsi que le réseau plus étendu de PC. Sans généraliser trop largement les choses, on peut tirer quelques conclusions de cette étude :

  • Dans le monde de la beauté, l’assistance personnelle en réalité augmentée est déjà rentable aujourd’hui. Les marques qui ne sont pas sur cette technologie sont en retard mais peuvent assez simplement prendre le train en marche en rejoignant une plateforme. Si elles veulent lancer une application propre (Estée Auder, Battington, etc.), cela va être compliqué de trouver la rentabilité … et dans tous les cas cela va coûter cher !
  • Les outils de tests vont avoir de plus en plus de fonctionnalités véritables d’assistance. Déjà Alice Chang,CEO de  Perfect Corp., a annoncé l’arrivée dans YouCam Makeup d’un module de diagnostic de peau (AR Skin Diagnostic Tool). Ce module va permettre de mieux choisir ses produits cosmétiques et surtout va suivre l’évolution de la peau dans le temps. Oui, vous l’avez compris, l’utilisation des produits va être mesuré sur l’individu … Le fameux “des tests scientifiques ont prouvé que” est terminé, place à la réalité !
  • A quoi va servir un magasin de cosmétique ? Dans sa forme majoritaire “vendeur => conseils => produits” très probablement à rien ! On voit déjà quelques enseignes qui sont en train d’intégrer ces technologies pour passer de la vente de produits au coaching bien plus large. La vente de produit de beauté est bien entendu un domaine approprié !
  • Pourquoi n’y a-t-il pas plus d’objets connectés pour le particulier dans ce domaine alors que les miroirs augmentée s’implantent dans de plus en plus de magasin ? Les quelques miroirs muraux connectés offrent des fonctionnalités assez pauvres ou sont hors de prix. Ceux qui s’intéressent plus spécifiquement au marché de la beauté comme le HiMirror se comptent sur les doigts d’une main. Les quelques innovations que l’on voit de temps en temps au CES ne semblent pas tenir très longtemps sur le marché. Que manque-t-il dans l’équation ? Le smartphone est-il le véritable miroir avec une fonction sociale ?

Dans un monde numérique où le secteur des cosmétique et de la beauté tient déjà une grande place (voir ci-dessous), la réalité augmentée est devenue un outil incontournable.

Infographie : Les comportements des consommateurs de produits cosmétiques en ligne

Retrouvez tous les résultats de cet étude sur la présentation ci-dessous et n’hésitez pas à nous donner votre avis !

Grégory Maubon (602 Posts)

Grégory MAUBON est responsable des données au sein de HCS Pharma, startup biotech spécialisée dans le high content screening et les pathologies complexes. Il est également Tech Evangelist en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA'pro l'association de promotion de la réalité augmentée. => www.maubon.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *