Le Designer Expérience 3D au service de la RA ? Dominique Sciamma nous en parle !

portrait Dominique_1Nous le disons à longueur d’article, la technologie n’est rien sans les usages et l’expérience que vit l’utilisateur. La conception de tout cela passe donc par des compétences et des métiers qui sont en pleine évolution. Nous sommes donc allés rencontrer Dominique Sciamma, directeur de Strate (école de design) à l’occasion de la mise en place d’un cursus « Designer Expérience 3D » pour mieux comprendre les enjeux de ce « nouveau » métier.

Bonjour Dominique et merci de prendre un peu de temps pour nous parler de ton école et de design. Pourrais-tu tout d’abord nous parler de Strate en quelques mots ?

logoStrate Ecole de design est née il y a 23 ans de l’idée que le Design est un outil de développement stratégique des entreprises (d’où son nom). Depuis, elle s’est hissée au rang des meilleures écoles françaises et internationales. L’école, basée à Sèvres, accueille maintenant 600 étudiants. On y forme en 5 ans des designers de la Mobilité (Automobile, transports, …), du Produit, du Packaging, du Retail et de l’Interaction. On y forme aussi des modeleurs physiques et numériques en 3 ans, des directeurs de projets innovants en 1 an. Nous avons ouvert plusieurs nouveaux cursus, dont un programme international, et le cursus Designer d’expérience 3D.

L’école a lancé en septembre dernier un nouveau cursus nommé « Designer Expérience 3D» mais quel est ce nouveau métier ? Un modeleur 3D ? Un designer spécialisé ?
Capture d’écran 2016-04-27 à 11.07.57_1Ce nouveau métier, c’est le métier de Designer ! Mais un designer qui aurait comme contexte de conception obligatoire les plateformes 3D (de Catia à Unity), un designer qui aurait aussi la 3D immersive comme destination de la conception (Réalité Augmentée, Réalité Virtuelle). Ces expériences immersives ou augmentées vont se généraliser, et s’imposer dans nos quotidiens personnels comme professionnels, publique comme privés. Il va donc falloir que des designers se saisissent de ces enjeux, et appliquent leur méthodologie à la conception de ces expériences. Cela nécessite une maîtrise des outils (d’où l’expertise sur les environnements 3D, mais aussi les périphériques d’immersion), mais surtout la maitrise de la pensée et la pratique du design.

On a un peu l’impression ces dernières années que les technologies de réalité augmentée et de réalité virtuelle se sont diffusées rapidement dans le grand public, peut-être plus rapidement que les compétences pour les utiliser. Est-ce qu’aujourd’hui ce Designer Expérience 3D devient vital pour éviter la déception d’un usage RA/RV trop pauvre ?

Je ne saurais mieux dire. L’histoire de la numérisation du monde, courte mais déjà si intense, est jalonnée d’enthousiasmes technologiques qui se sont évaporés faute d’avoir imaginé les usages qui les justifient et les font vivre. Si les professionnels travaillent depuis très longtemps avec ces nouveaux environnements, le grand public les découvre, et il s’agit à la fois de faire de la pédagogie, mais aussi de satisfaire et de surprendre à la fois. C’est tout l’objet du travail du designer que d’à la fois inventer et de donner du sens à l’invention. D’où la nécessité de disposer de designers capables de le faire dans ces environnements-là.

Capture d’écran 2016-04-27 à 11.07.43_1Du point de vue du design d’expérience, la réalité augmentée a-t-elle des spécificités par rapport à la réalité virtuelle ?

La réponse est dans la question ! La réalité virtuelle est une réalité de substitution, là où la réalité augmentée est une réalité enrichie. Dans la mesure où un des enjeux humains et la compréhension du monde, son appropriation même, la réalité augmentée présente une opportunité bien plus grande, paradoxalement que la réalité virtuelle. Parce que nous restons ici et maintenant, que les autres sont toujours présents, et que nous affirmons toujours notre présence. Vivre ensemble nécessite que nous acceptions nos présences, nos corps, nos actions, et la réalité augmentée préserve ces présences, tout en permettant un enrichissement visuel et cognitif infini. La réalité augmentée est la nouvelle frontière

De manière plus générale, est-ce ton point de vue, allons-nous vers un monde où les interactions (entre personnes, avec les entreprises ou les marques) seront de plus en plus immersives ?

Capture d’écran 2016-04-27 à 11.08.19_1Oui, je pense que nous allons vers un monde où ces expériences se multiplieront, au point même qu’elles seront intégrées à nos quotidiens, et en quelque sorte banale.

Cela fait partie du fonctionnement humain que de demander de l’immersion, et cela fait très longtemps, des millénaires que ces technologies existent : Lire un roman, c’est s’immerger, aller au théâtre, c’est s’immerger, aller au cinéma, c’est s’immerger. Ces nouvelles technologies viennent répondre à cette demande d’immersion, d’expérience narrative et interactive, à leur nouvelle et spectaculaire manière. Les marques ne s’y tromperont pas, car elles vont trouver là un nouveau moyen de créer de la relation et de la fidélité avec leurs clients.

Une dernière question plus prospective. Tu formes de futurs professionnels, comment leur décris-tu le monde et la place de la RA/RV en 2030 ? Comment y voient-ils leur place ?

Capture d’écran 2016-04-27 à 11.09.47_1Je leur décris un monde où les enjeux ne sont paradoxalement pas ceux-là. Il n’y pas d’enjeux dans les technologies, il n’y en a que dans leurs usages. L’enjeu, et le seul qui vaille c’est : Comment vivre ensemble sur cette petite et fragile planète ?  Comment faire de ces technologies les outils de meilleures et plus belles vies, comme elles permettent l’émancipation des individus ? Comme elles peuvent être mises au service de réussites collectives ?
Ce ne sont donc pas des « professionnels » que je forme, c’est à dire des gens qui possèdent une expertise technique, mais des transformateurs du monde, qui vont faire de leur professionnalisme l’outil, le moyen, de cette transformation.

Merci Dominique pour cette approche éclairante. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le site de Strate.

Grégory Maubon (701 Posts)

Grégory MAUBON est responsable des données au sein de HCS Pharma, startup biotech spécialisée dans le high content screening et les pathologies complexes. Il est également Tech Evangelist en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA'pro l'association de promotion de la réalité augmentée. => www.maubon.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *