Laval Virtual 2019, ce que nous avons retenu (1/2)

Article rédigé avec Jean-François Kitchiguine! Parce oui, pour WordPress, il n’y a qu’un auteur possible 🙂

Nous vous proposons un petit retour sur le dernier salon Laval Virtual qui s’est déroulé fin mars dernier. Il ne s’agit pas d’un compte rendu exhaustif des nouveautés et des innovations vues sur le salon (une liste de liens sera disponible à la fin du second article) mais plutôt des points qui ont retenus notre attention, en particulier dans les conférences de la partie VRticals. Dans cette première partie nous essayons de mettre en avant les sujets les plus transverses et nous détaillerons dans la suivante les préoccupations des secteurs défense, construction, industrie, retail et santé.

Pour cette 21ème édition du salon, un consensus se dégage clairement de toutes les discussions dans tous les secteurs, les technologies immersives (par la suite nous parlerons de XR) montrent des bénéfices chiffrés dans tous les domaines où elles sont utilisées. Dans les deux dernières éditions déjà, certains secteurs comme l’industrie ou la formation apportaient des « ROI » impressionnants. Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir s’il faut ou non utiliser la XR mais comment lui permettre de se diffuser dans les métiers en lien étroit avec les utilisateurs.

From the office to the field

Le matériel devient de plus en plus portable

Une constatation partagée par de nombreux spécialistes sur cette édition de Laval Virtual est la capacité croissante des technologies à être opérées « sur le terrain ». L’autonomie et la mobilité des appareils ont été fortement améliorées ces dernières années. On les voit maintenant arriver sur des terrains « compliqués » comme les usines ou les théâtres d’opérations militaires. La XR arrive également dans les mains d’utilisateurs non spécialistes, peu formés à ces technologies.

Pour accompagner ce déploiement sur le terrain, la partie logicielle a elle aussi évoluée. Nous nous dirigeons vers une « plateformisation » de la création des contenus, c’est-à-dire le passage par des outils de création qui sont utilisables sans connaissances du domaine de la XR. Même si c’est une évolution naturelle des outils numériques (on pense à WordPress pour le web) il a fallu un peu de temps pour structurer la création dans ce nouveau média et la mettre à portée « de tous », malgré la multitude d’appareils utilisables in fine. La démarche est encore en cours, les choses peuvent évoluer assez vites. En particulier les géants du numérique sont tous en train de construire ou de proposer leurs propres outils pour capter ce marché immense. Pour les usages professionnels, le choix de la bonne plateforme risque d’être encore compliqué pour quelques années !

Cependant, le bon côté de la chose est que les profils créatifs vont pouvoir s’emparer beaucoup plus facilement des usages et proposer dans un très proche avenir des applications « disruptives ».

ARCloud

Jean-François (CA RA’pro) en pleine discussion sur l’OpenARcloud avec Jan-Erik Vinje et Alina Kadlubsky

En terme de nouveauté et de proposition avant-gardiste de la part des organisateurs du salon, nous avons pu assister à une des toutes premières présentations de l’OpenARCloud par son directeur Jan-Erik Vinje, que nous avons interviewé sur ce site. Nous sommes vraiment au tout début de la construction d’un ARCloud (voir notre série de 3 articles) et les bases sont actuellement en train d’être posées par un ensemble de professionnels du secteur de la réalité augmentée et du « Spatial Computing ». En 2019, l’ARCloud reste un micro-sujet pour le public de la XR, mais il est certain que nous allons en entendre de plus en plus parler au cours des prochaines éditions, vu la nécessité d’une telle infrastructure afin de vivre des expériences augmentées permanentes et interconnectées.

La formation sous toutes ses formes !

Un exemple classique de formation utilisant la réalité virtuelle

Autre sujet transverse, la formation immersive. C’est un domaine que nous traitons depuis plusieurs années sur Laval Virtual et pour être simple : elle est partout en 2019 ! Les formations techniques ont été les premières à tirer bénéfice de la XR, en particulier pour acquérir des gestes précis (soudure, peinture, chirurgie, etc.) mais aujourd’hui toutes les formations sont envisageables en immersion. Les basiques de l’entreprise comme la formation incendie ou sécurité sont disponibles en RA ou en RV et ont prouvées leur valeur et leur simplicité d’utilisation. Les formations « soft skills » sont en plein explosion. On peut travailler la prise de parole en public, l’accueil de personnes, la médiation, l’entretien d’embauche et mesurer les résultats. Il est même possible de prendre un micro pour chanter devant un public en furie !

C’est très encourageant … mais aussi un peu déstabilisant ! En effet, un ensemble de nouveau acteurs entre dans le secteur et pour certains, on peut affirmer que c’est plus par opportunisme que par connaissance de la formation. Nous risquons de voir dans l’année qui vient les services RH des entreprises fortement sollicités sur des prestations de réalité virtuelle à l’intérêt pas toujours clairs … voici venir le temps du virtual-washing ? Peut être, cela remplacera les séances de bonheur au travail ou de Haka des commerciaux ☺

“Ami(e) RH, n’hésites pas à demander conseil à RA’pro si tu as des doutes, c’est gratuit !”

La formation dans un cave

Notez également que cette pénétration en force de la XR dans la formation ne touche pas que les formés mais aussi les formateurs. En effet, l’apprenant devient vraiment le centre de la formation et son autonomie est renforcée. Le formateur doit donc à la fois aider à être à l’aise avec cette nouvelle place (et la technologie qui va avec) et modifier sa propre posture de sachant pour devenir une sorte d’accompagnateur / coach. Ajoutez à cela la possibilité de parcours de formation personnalisés et désynchronisés et vous comprendrez qu’introduire la XR en formation ne veut pas dire simplement utiliser une technologie mais bien repenser l’ensemble des manières de former. En encore, nous n’avons pas abordé les contenus des formations qui doivent être ludiques et sérieuses et dont une partie prend sa source dans le domaine des jeux vidéo ! Bref, vous l’avez compris, la XR en formation, on n’a pas fini d’en parler !

Rendez-vous la semaine prochaine pour parler des secteurs industriels plus en détail !

Grégory Maubon (684 Posts)

Grégory MAUBON est responsable des données au sein de HCS Pharma, startup biotech spécialisée dans le high content screening et les pathologies complexes. Il est également Tech Evangelist en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA'pro l'association de promotion de la réalité augmentée. => www.maubon.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *