Vous avez des questions sur le futur des médias ?

MediapolisLes étudiants du Master II « Ingénierie de la Culture et de la Communication » du département SACIM de l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines organisent les 12 et 13 avril prochain Médiapolis, un colloque sur les nouveaux médias au Palais de la découverte. Je vous laisse découvrir le programme complet de cette action sur le site Internet dédié. Je vous conseille également l’excellent éditorial de l’ami Michel Agnolia, toujours aussi visionnaire !

La première journée se concentre sur les nouvelles formes de création et de diffusion avec, en particulier, une table ronde très intéressante « Aux frontières du réel » qui portera sur l’utilisation et l’impact des technologies immersives (dont la réalité augmentée) sur la culture.

La réalité augmentée est liée à l’avènement de nouveaux supports (tablettes, smartphones, webcam…). Désormais incontournable dans le paysage culturel, elle permet de compléter un contenu déjà existant, de reconstituer des éléments disparus ou encore de personnaliser l’information. Quelles sont donc les nouvelles pratiques et formes de médiation culturelle qui en découlent ? Quelle place ont-elles trouvé au sein des institutions et du public ?

Les intervenants seront Xavier Boissarie (studio Orbe), Antoine Brachet (Total Immersion), Arnaud Brun (Orange), Philippe Fuchs (Ecole des Mines ParisTech) et Elisabeth Caillet (consultante)

Le vendredi sera plus prospectif et les deux tables rondes s’annoncent vraiment passionnantes : « Les médias du futur » apportera un regard de science-fiction sur l’évolution possible de nos outils et « L’homme augmenté » (de 9h30 à 12h00) parlera des « dispositifs envisagés pour façonner l’homme de demain »

Les médias d’aujourd’hui sont aussi des prothèses miniaturisées, destinées à nous rendre plus communicants, plus rapides et plus performants. Les dispositifs de réalité augmentée, qui vont permettre à l’utilisateur de capter et d’émettre des informations sur son environnement, sont présentés de la même manière comme une extension des capacités humaines, comme un « enrichissement ». Mais cette course effrénée vers la perfection ne nous renvoie-t-elle pas aussi l’image d’un homme contrôlé, robotisé, formaté tel un produit marketing, bardé de techniques de plus en plus invasives qui le rendront totalement dépendant ? Ce que la science est capable de réaliser, la science-fiction l’avait imaginé…

Pour cette table ronde, les intervenants seront Jean-Michel Besnier (philosophe), Pierre-Henri Gouyon (Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle), Mael Le Mée (artiste), Jacques Testart (Biologiste) et Cécile Denjean (journaliste).

Pour suivre cet évenement, vous pouvez utiliser la page Facebook et le compte Twitter. A priori les interventions ne seront pas filmées (quoique…) mais j’espère que nous pourrons interagir dans le débat en utilisant le fil Twitter.

Président à RA'pro | Site Web | Plus de publications

Grégory MAUBON est coordinateur numérique chez HCS Pharma, une startup biotech axée sur la R&D in vitro, spécialisée dans le criblage d’imagerie cellulaire à haut contenu (HCA) et à haut débit (HCS). HCS Pharma commercialise des produits basés sur la technologie BIOMIMESYS® et développe ses propres modèles cellulaires 3D dans sa matrice extracellulaire exclusive BIOMIMESYS®. Il gère les missions informatiques et anime les usages numériques liés aux besoins de l’entreprise. Il travaille sur la gestion des données en tant que CDO (Chief Data Officer) et dirige le programme R&D Intelligence Artificielle de l’entreprise.

Il est également consultant indépendant en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA’pro l’association de promotion de la réalité augmentée. Son expérience du domaine s’est forgée dans l’accompagnement de nombreuses entreprises, de tous les secteurs, sur la mise en place effective de la réalité augmentée ainsi que sur la définition d’objectifs et de critères de succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.