Un bilan à six mois pour un livre augmenté avec Suboceana

Que peut apporter la réalité augmentée à un livre ? A l’heure où l’édition dans son ensemble est en train de vivre une profonde révolution, la question est excellente, vous ne trouvez pas ? Pour aborder le problème de manière pratique, nous avons demandé à Philippe Carrez, dirigeant de Suboceana, de nous faire un premier bilan six mois aprés la sortie du livre “Découvrir autrement – La faune et la flore de Méditerranée”.



Bonjour Philippe, cela fait presque six mois maintenant que le livre augmentée “Découvrir autrement – La faune et la flore de Méditerranée” est sorti. Est-ce que tu pourrais nous faire partager un premier bilan ?

decouvrez_autrement_testTrès bon accueil du public car ce livre tombe dans un bon timing. La réalité augmentée est plus dans les esprits, bien qu’encore beaucoup de personnes n’aient jamais vu de démonstration. Le livre s’est vendu à 1000 exemplaires environ cet été avec à peu près 75% de taux de chargement de l’application dédiée. Le livre a été mention spéciale du jury au Festival Mondal de l’Image Sous-Marine de Marseille en 2013. C’est un plaisir de voir des gens comme Jean-Michel Cousteau ou Christian Petron s’émerveiller devant un outil nouvelles technologies au service de la découverte des fonds marins quant on connaît leur carrière. Le mot qui revient le plus souvent est “Magique” et ça, c’est très positif car on touche l’imaginaire et la sensibilité du public.

Quels sont les retours, positifs ou négatifs, des utilisateurs sur cette augmentation ? Est-ce qu’il l’utilise pour avoir plus de renseignements ou comme un gadget ?

Il faut penser que tous les smartphones ne sont pas capables d’utiliser la réalité augmentée, le QR Code ou le NFC on aussi leur rôle à jouer.

Les augmentations 3D restent un “bonus” pour ce livre, dont l’intérêt est avant tout d’être lié à des fiches numériques/web avec des données actualisées en permanence. Par exemple la réglementation de la pêche ou le fait qu’une espèce soit protégée ou non, et aussi les liens vers les observatoires citoyens de la biodiversité.

livre_et_la_merPar contre pour moi la force des ces augmentations 3D ou sonores, c’est qu’une fois la base de données et les marqueurs créés, le livre a un don d’ubiquité et on peut organiser toutes sortes de choses. Par exemple nous préparons une exposition photos pour le salon international de la plongée en janvier 2014 à Paris : une trentaine de photos seront augmentées et animées. Sur l’expo photo, il n’y aura aucun commentaire et c’est en cliquant sur l’augmentation sur l’écran de son smartphone que l’on ouvrira une fiche bio ou un audioguide.

Point négatif, si l’on veut s’affranchir de la connexion web dans un salon par exemple, l’application devient lourde à charger car il faut tout y embarquer. On peut passer les 50 ou 60 Mo. Second point, la seconde édition du livre sera spiralée, donc plus facile à ouvrir et manipuler.

Quels enseignements tu en tires pour l’augmentation des livres et du “print” en général ?

Pour moi l’augmentation est un vrai plus pour l’avenir, surtout avec l’arrivée grand public des lunettes à réalité augmentée comme les Google Glass ou les Spaceglasses : nous aurons les mains libres et le mix champ de vision/objets virtuels sera plus naturel. Le savoir encyclopédique reste sur le papier, et tout ce qui est amené à changer ou que l’on ne peut représenter en 2D (des sons, des objets interactifs, …) est en augmentation. Si l’on s’éloigne du livre pour parler du print très généralement, je rêve d’une application pour lunettes augmentée qui, quand vous êtes dans les rayons du supermarché, vous fait clignoter en rouge les boites d’aliments qui contiennent des OGM ou des graisses hydrogénées…

Merci Philippe ! Pour découvrir le livre “Découvrir autrement – La faune et la flore de Méditerranée” votre libraire et Amazn sont vos amis :) Vous pouvez également tester l’augmentation de la couverture sur le site plongeur.com

Grégory Maubon (415 Posts)

Grégory MAUBON est consultant expert en réalité augmentée et usages numériques. Il est à l’origine en 2008 du site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA’pro l’association de promotion de la réalité augmentée. Il propose aujourd’hui des prestations pour aider les entreprises et les institutions à définir avec précision leurs besoins en réalité augmentée et les accompagner dans la mise en place. Grégory MAUBON est également animateur et conférencier.


2 comments for “Un bilan à six mois pour un livre augmenté avec Suboceana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *