Diota nous parle de son actualité juste avant Laval Virtual 2016

Tablette RAA quelques jours de Laval Virtual 2016, nous sommes allés discuter avec Lionnel Joussemet, CEO de Diota, pour avoir un peu plus sur les évolutions récentes de l’entreprise, les perspectives du marché de la RA industriels, et forcement pour connaitre les nouveautés que présentera Diota sur le salon !

Bonjour Lionnel pourrais-tu en quelques mots nous parler des compétences et des offres de DIOTA ?

Diota édite des solutions de réalité augmentée pour l’industrie. Toute notre démarche se fonde sur la conviction que la RA peut sensiblement contribuer à la performance industrielle en créant des passerelles entre les opérateurs qui travaillent au jour le jour sur le terrain, que ce soit pour des tâches de production, de maintenance ou encore de contrôle, et les systèmes d’information industriels.

LJOPour rendre cette passerelle possible, nous avons développé une offre industrielle consistante qui intègre tant notre connaissance du monde de l’industrie que les actifs technologiques à la pointe de l’état de l’art, pour partie issus de notre laboratoire commun avec le CEA. Elle s’articule autour d’un « vaisseau mère » qu’est DiotaPlayer, un logiciel générique permettant d’exploiter la RA directement sur le terrain opérationnel sans avoir à mobiliser d’autres intervenants que les utilisateurs finaux.

Les compagnons se voient ainsi proposés un nouvel outil très simple d’utilisation, précis, robuste et non-invasif sur leur environnement de travail car fonctionnant sans marqueurs ni système de tracking lourd et complexe, le tout en connexion directe avec le PLM, tant pour ce qui concerne la maquette numérique que les gammes techniques. La matérialisation visuelle des tâches à réaliser s’effectue au travers de divers dispositifs matériels, sur la base de ce logiciel unique et de contenus numériques communs. Ainsi, que ce soit à l’aide d’une tablette, d’un système projectif ou encore de lunettes, l’opérateur observe de façon intelligible les tâches qu’il doit mener, lesquelles se superposent en temps réel sur les ensembles concernés.

Nous nous appuyons par ailleurs sur un nombre grandissant de partenariats avec des acteurs majeurs de l’industrie, en France et en Europe, pour aller au contact des métiers en vue de spécifier au mieux les fonctionnalités proposées.

Ainsi, toute la complexité technologique que renferme la solution est rendue transparente pour que l’utilisateur n’ait plus qu’à se concentrer sur son métier, et l’accomplir avec un niveau de performance accru, tant en termes de rapidité que de réduction des erreurs.

La société a évolué ses derniers mois, d’abord en changeant de nom et en proposant de nouveaux produits (DiotaPlayer et DiotaConnect). Est-ce que un repositionnement de votre offre, une évolution naturelle ?

diotaProbablement un peu des deux… D’abord une évolution naturelle pour une société en forte croissance puisque doublant annuellement ses effectifs; nous serons en effet 40 en fin d’année. Aussi, il est naturel que nos messages s’affinent et que notre image se précise, qu’il s’agisse de notre nom ou de notre façon de communiquer. Le papillon de notre logo n’a probablement jamais autant fait sens qu’aujourd’hui, avec ce passage du mode « start-up geek » à celui de « PME industrielle » (rire).

Ensuite, un repositionnement à présent pleinement assumé dans le sens où Diota se définit désormais officiellement comme un éditeur de solutions alors que, comme tu le sais, la société était initialement fondée sur un modèle de service. C’est d’ailleurs toute cette expérience issue de toutes ces missions que nous avons assurées auprès de grands groupes industriels qui a rendu possible la conception de nos solutions génériques, qui sont quelque-part un concentré de toute cette substance commune à la majorité des dispositifs de RA spécifiquement développés au cas par cas et dont nous avons le sentiment qu’il ne font que peu sens désormais, d’où ce repositionnement.

Un point qui me semble important est le lien entre le PLM (Système de gestion du cycle de vie des produits) et l’application de réalité augmentée. Comment un technicien peut utiliser la solution? Quelles sont les contraintes pour la mise en œuvre ?

CULASSEEn effet, une grande partie de nos efforts a été concentrée sur la mise en place de connexions automatiques et bilatérales entre nos solutions de RA déployées sur le terrain et les systèmes d’information industriels, que nous appelons parfois, un peu par abus de langage, le PLM. Rapidement nous avons identifié que le succès d’une offre éditeur pour de la RA industrielle impliquait nécessairement de proposer des passerelles crédibles et les plus automatiques possibles avec les systèmes en place, le fait de remettre ces derniers en cause paraissant pour le moins utopique… Aussi, en complément de DiotaPlayer, nous proposons à nos clients DiotaConnect, un ensemble de modules permettant de traiter de façon totalement automatique les données manipulées au sein du PLM, et notamment tous les formats standard proposés par les leaders du domaine tels que Dassault Systèmes. En outre, au-delà du chargement automatique des données géométriques, DiotaConnect permet de convertir les fiches d’instruction en la structure de données agnostique qu’utilise DiotaPlayer. Ainsi, nous sommes en mesure de proposer aux industriels des solutions directement intégrables au sein de leurs systèmes d’information sans imposer de remise en question de leurs contenus procéduraux, dès lors qu’ils existent évidemment.

Pour ce qui concerne les techniciens auxquels tu fais référence, ces derniers disposent de menus très intuitifs qui leur permettent d’accéder aux fiches d’instructions qui les concernent, voire de redéfinir eux-mêmes les contenus numériques qu’ils souhaitent restituer (tel que conçu sur tel que construit…). Une fois sa FI sélectionnée, l’opérateur observe une superposition robuste et précise des données sur l’ensemble réel, et ce sans marqueur. Il n’a alors plus qu’à faire son métier en suivant les instructions, sans contrainte ni préparation spécifique à la RA.

Au-delà de cette capacité à « descendre » de l’information du système d’information vers le terrain opérationnel, DiotaConnect permet également, en connexion avec les modules d’analyse et reporting intégrés au DiotaPlayer, de « remonter » de l’information du poste de travail industriel vers le PLM. Là encore il s’agit de tirer le meilleur parti du fait de disposer d’un outil interactif déployé sur le terrain opérationnel et connecté au PLM pour établir une sorte de boucle vertueuse au service de la performance industrielle.

Peux-tu nous donner quelques idées de ce que vous allez présenter cette année à Laval Virtual ?

Nous parlions à l’instant de notre capacité à nous connecter avec les outils PLM de référence, aussi nous présenterons à Laval la première version de « DiotaConnect For CATIA », dont nous démontrerons en live qu’il permet de convertir automatiquement et sans traitement expert une fiche d’instruction 3D « conventionnelle » en une expérience de RA directement exploitable par un opérateur.

Diota sur Laval Virtual 2015

Diota sur Laval Virtual 2015

Au-delà de DiotaConnect, cette édition de Laval Virtual sera aussi l’occasion d’offrir à plusieurs de nos partenaires l’occasion de témoigner de la manière dont ils perçoivent l’usage de la RA dans leurs industries respectives avec, cela va de soi, Diota comme partenaire… mais là je préfère garder un peu de suspense, si ce n’est qu’il y aura du roulant et du volant.

Enfin, comme nous en avons l’habitude, nous présenterons un certain nombre de nouvelles démonstrations relatives à tout un ensemble de métiers et au travers de différents dispositifs, Tout cela sur la base de la nouvelle version de notre DiotaPlayer avec de nouvelles fonctionnalités évidemment, notamment en matière de restitution des données, d’interaction et de reporting. Voilà… j’en ai déjà trop dit…

DIOTA a une longue expérience maintenant dans les solutions industrielles de réalité augmentée, comment perçois-tu l’engouement récent pour cette technologie ?

Je pense que nous avons la chance d’assister à l’avènement de la RA comme solution crédible et tangible à des problématiques majeures de l’industrie. Comme classiquement et pareillement à bien d’autres innovations aussi diverses que la mobilité ou encore la réalité virtuelle, la RA a d’abord été abordée par les industriels sous un angle prospectif, avec pour principaux projets de développer des prototypes visant à valider la pertinence de ces solutions et définir les périmètres d’usages. Durant cette période, qui a démarré il y a une bonne dizaine d’année (Diota n’était même pas né…), les acteurs de l’innovation intégrés aux groupes industriels ont beaucoup œuvré pour identifier précisément les implications relatives au déploiement de telles technologies d’une part, mais également les opportunités que celles-ci représentent, notamment en termes de ROI.

Avec toute l’objectivité qui est la mienne en matière de RA (qui vaut ce qu’elle vaut donc…), j’ai la conviction que nous assistons actuellement à cette fameuse bascule d’un monde de PoC et autres démonstrateurs développés à façon vers un contexte où, grâce à des solutions industrielles sur étagère telles que celles que nous proposons, la RA est en phase de se voir adoptée et déployée, et ce de manière rapide avec des impacts significatifs en matière de performance industrielle. Plusieurs indicateurs sont là pour confirmer ce sentiment, et je pense évidemment en premier lieu aux déploiements que nous sommes déjà en train de réaliser dans différents contextes avec plusieurs acteurs de premier rang. A mon sens, l’élément déclencheur réside dans le fait que la RA répond désormais aux trois conditions exigées par l’industrie en la matière : la faisabilité, l’acceptabilité, la rentabilité.

Dans beaucoup de communications autour de l’Industrie du Futur la réalité augmentée est un sujet clé. Quelles sont les attentes et les applications envisagées par les industriels?

Je ne pense pas qu’il existe une réponse globale à cette question. En effet, d’un secteur à l’autre les contraintes et attentes ne sont pas les mêmes. Finalement, la RA est pertinente dès lors que tu as une rencontre entre l’humain et la complexité. Or, cette situation n’intervient pas aux mêmes moments des cycles de vie d’un produit en fonction de l’industrie à laquelle tu t’intéresses. Chez Diota, nous adressons prioritairement trois secteurs industriels qui sont l’industrie manufacturière lourde (aéro, naval, ferroviaire), l’automobile et l’industrie chimique / énergie.

Pour ce qui concerne le premier secteur, c’est clairement au niveau de la production et de la maintenance que se situent aujourd’hui les premiers challenges de nos partenaires en matière de RA. Le monde de l’automobile lui, dont les outils de production sont massivement automatisés et robotisés, montre un intérêt particulier pour la RA sur les phases amont (design, prototypage) et aval (assistance pour la vente et le SAV). Pour ce qui concerne l’énergie et l’industrie chimique, on est clairement dans l’assistance à l’exploitation et la maintenance de systèmes massifs et par nature fortement complexes. Tout cela n’est pas exhaustif évidemment, d’autant que la RA présente aux yeux de bon nombre d’industriels un fort intérêt au niveau de fonctions transverses telles que la formation et, plus généralement, la transmission d’informations entre les systèmes et individus (télé-RA, etc.). Dans tous les cas, c’est généralement la réduction des temps et des erreurs que nos clients recherchent avec la RA, pas nécessairement dans cet ordre d’ailleurs… On voit cependant de plus en plus de réflexions naître quant à cette fameuse boucle retour, touchant là à des problématiques relevant de la traçabilité et de l’amélioration des process.

Comment vois-tu l’évolution de cette adoption dans les années qui viennent ?

Là encore, tu titilles un peu ma subjectivité… Très sincèrement, pas mal de signaux vont dans le sens de conforter notre analyse de la situation et je pense que, suite aux premiers déploiements qui sont en train de s’opérer aujourd’hui et au vu de la structuration de l’offre que nous observons au niveau mondial, avec la naissance de partenariats entre les nouveaux acteurs et ceux déjà en place – non, je n’en dirai pas plus… -, le marché de la RA industrielle est en phase d’arriver à maturité.

Je pronostique donc, assez sereinement, une adoption et une première vague de déploiement au sein de groupes industriels majeurs dans les deux années qui viennent suivie d’une accélération dès 2018 découlant de la validation de la RA comme outil industriel. On assistera alors, comme précédemment pour d’autres technologies, à une démocratisation de son usage accentuée par son adoption par les autres acteurs de l’industrie, de petite et grande taille. Voilà ma vision des choses… avec toute l’objectivité qui est la mienne…

Un grand merci pour tes réponses Lionnel et rendez-vous sur le stand Diota à Laval pour découvrir toute l’offre de l’entreprise !

Grégory Maubon (679 Posts)

Grégory MAUBON est responsable des données au sein de HCS Pharma, startup biotech spécialisée dans le high content screening et les pathologies complexes. Il est également Tech Evangelist en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA'pro l'association de promotion de la réalité augmentée. => www.maubon.com


1 comment for “Diota nous parle de son actualité juste avant Laval Virtual 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *