Avec dimeo, la création de formation en RA est simple et sans besoin de connexion

Nous parlons régulièrement ici des usages de la réalité augmentée dans le domaine de la formation. Un des enjeux actuels pour démocratiser cette technologie est de mettre à disposition des entreprises des outils de création « simples » pour les rendre autonomes dans la fabrication de leur modules de formation. Innoteo avec en particulier son outil dimeo a pris ce chemin. Nous vous proposons donc de découvrir cette solution en compagnie du CEO de l’entreprise, Philippe Boulanger.

Bonjour Philippe, pourras-tu te présenter et nous parler de innoteo en quelques mots ?

Bonjour, je suis Philippe Boulanger, dirigeant d’innoteo.

Philippe Boulanger – CEO innoteo

Après de belles années passées dans l’écosystème Microsoft (GFI, EDS, …) et avoir dirigé un centre de formation, j’ai lancé, fin 2012, avec mon associé, Noteo-Solutions. L’objectif était de proposer des solutions B2B basées sur les technologies Microsoft : développements sur-mesures, développements MS SharePoint et intégration de Microsoft Dynamics CRM.

Dès 2013, nous obtenons les certifications pour développer une activité formation autour des technologies numériques. Noteo-Solutions devient au fil des mois expert dans les solutions métier pour les industriels, en proposant notamment des solutions de Business Intelligence à travers Microsoft Power BI.

C’est en 2018 que nous remportons notre 1er dossier de Réalité Mixte, un développement de solution de maintenance autonome sur HoloLens pour un site de production d’un groupe international. Le virage immersif est pris. Début 2020, nous avez fait évoluer notre raison sociale vers innoteo, afin d’ancrer notre savoir-faire et l’orientation de l’entreprise dans le monde de l’innovation.

En septembre dernier, avec quelques mois de retard liés à la situation sanitaire mondiale, nous commercialisons dimeo, notre application de réalité mixte dédiée à la formation en entreprise.

innoteo est implanté en Hauts de France et compte entre 10 et 15 collaborateurs. Nous avons développé aussi un certain nombre de synergies avec l’Université Technologique de Compiègne.  

Innoteo a lancé la solution dimeo il y a quelques mois. Pourrais-tu nous présenter les fonctionnalités de dimeo ?

dimeo est une application de réalité mixte qui va permettre de former des apprenants directement sur leur poste de travail, dans leur environnement réel, tout en conservant les mains libres.

dimeo est doté d’une brique PC pour concevoir les modules, dimeo Editor et d’une brique sur HoloLens2 qui permet de former les apprenants, dimeo Player.

Notre application a été pensée autour de 2 principes fondamentaux : la simplicité et le fonctionnement hors réseau. La simplicité avec une interface de conception très visuelle, simple et intuitive, un mode simulation sur PC, des fonctions simplifiées de transfert vers et à partir d’un casque.

Le mode de fonctionnement sans réseau est extrêmement important pour tous les sites dont l’accès à un réseau n’est pas possible (ateliers de production, sous-sols, sites isolés, …).

Parmi les autres fonctionnalités, on retrouvera l’import de la plupart des formats 3D du marché, la reprise d’un module après interruption, le partage de module, les statistiques, l’isolement rapide des zones de danger, …

Enfin, dimeo est multilingue et multi utilisateurs pour être utilisé dans n’importe quel pays, n’importe quelle entreprise.

Ma question est un peu naïve mais pourquoi avez-vous choisi de créer une plateforme ? Quels sont les intérêts pour vos clients ?

dimeo est né des besoins exprimés par nos clients pour « réinventer » la formation, la rendre plus adaptée aux contraintes d’aujourd’hui : turnover important, déclenchement de formations « on demand », traçabilité des formations liées à la qualité et la sécurité, lignes de production de plus en plus complexes, contraintes de déplacement.

Notre activité de prestataire de formation auprès des entreprises nous a aussi permis d’aborder le sujet sous l’angle métier, et pas seulement technologique.

Comment vos utilisateurs gèrent-ils la montée en compétences nécessaire pour créer des modules de formations ? Est-ce que cette évolution est simple ?

Déjà, nous proposons une assistance au démarrage à tout nouveau client. Même si l’application est très intuitive, nous accompagnons nos clients dans leurs premiers pas.

Ensuite, nous avons conçu dimeo pour que toute entreprise puisse s’équiper et l’utiliser, même si elle ne dispose pas d’un service IT. Le paramétrage du système, l’ajout de nouveaux modules, le transfert ou le partage d’un module, toutes ces opérations peuvent être prises en charge par une personne sans compétence informatique particulière.

Il est aussi possible d’essayer dimeo pendant 1 mois en en faisant la demande sur notre site dimeo.pro (sur casque ou PC uniquement si l’entreprise ne dispose pas d’HoloLens2).

Si on se place maintenant du côté des opérateurs et selon votre expérience quelles sont les étapes pour réussir une bonne expérience et avoir le maximum d’utilisation ? Faut-il programmer des séances de découverte de l’outil ?

HoloLens2 propose, pour toute nouvelle utilisation, un apprentissage de quelques minutes pour se familiariser avec la gestuelle et le maniement des hologrammes. Le calibrage de la vue va permettre aussi une meilleure expérience.

Nous avons pu constater que 10 à 15 minutes maximum suffisent pour prendre en main la technologie, ce qui optimise son introduction dans l’entreprise.

Quels sont les secteurs les plus intéressés par cette solution aujourd’hui et comment mesurent-ils leur gain (en temps, en ressource, en efficacité, etc.) ?

Dès que des manipulations sont nécessaires dans l’exécution des tâches, la réalité mixte doit être regardée : travail sur machine, préparation de commande, réception de marchandises, dépannage, mise en rayon, …

De ce fait, la plupart des secteurs sont concernés : production, logistique, transport, distribution, services, médical. Les gains seront mesurables en comparaison avec des formations « traditionnelles ».

Ils sont principalement de 3 ordres :

  • Le temps alloué à la formation mais aussi le temps nécessaire à la préparation des modules, qui grâce à cette technologie sera considérablement diminué
  • Les ressources nécessaires pour former les apprenants : plus de nécessité de faire appel à un chef d’équipe ou formateur, c’est le casque qui s’en charge
  • Quant à l’efficacité, on retient mieux ce que l’on fait, qui plus est lorsque l’on est dans son environnement réel

Les gains de temps, de ressource et en efficacité ont bien sûr un impact sur le plan financier avec un ROI qui peut être rapide.

Comment vois-tu à moyen terme les usages de la réalité augmentée dans l’industrie ? Quelles sont pour toi les principales difficultés actuelles ?

En Europe, mais peut-être un peu plus en France, le marché n’est pas encore mature. La crise sanitaire actuelle a donné un coup de frein à l’introduction de ces technologies dans les entreprises, mais le train est en marche. Les indicateurs vont tous dans le même sens, les technologies immersives arrivent bel et bien.

A moyen terme, on pourrait imaginer fournir à chaque nouvel arrivant dans l’entreprise un casque immersif, au même titre que ses EPI et autres matériels nécessaires à sa fonction. A ce jour, encore beaucoup d’entreprises ne sont pas ou peu équipées d’outils numériques, et le passage du papier à l’immersif peut être parfois compliqué.

Il faut aussi considérer le prix d’un casque qui peut être un frein, même si les retours sur investissements sont en général très rapides et facilement mesurables.

Quelles sont les prochaines étapes pour dimeo ?

dimeo n’en est qu’à ses début. Notre feuille de route 2021 prévoit la mise à disposition de mises à jour mineures régulières, principalement des améliorations en termes d’ergonomie et d’interface utilisateur.

Quant aux mises à jour majeures, la première devrait intervenir avant l’été, avec de nouvelles fonctionnalités importantes que nous dévoilerons prochainement.

Une version hybride (HoloLens/tablette) est également à l’étude pour 2021.

Nous posons également les bases de la roadmap 2022/2023, que nous adapterons suivant l’appétence du marché pour ces technologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *