Greg Madison nous expose sa vision de l’avenir de la réalité augmentée

Greg MadisonVoici la deuxième partie de l’entretien avec Greg Madison. Dans la première partie, nous avons découvert ou redécouvert son background et son expertise. Cette partie est consacrée sa vision de l’avenir de la réalité augmentée. Commençons par une question sur les usages.

Quel changements concernant les usages de la réalité augmentée as-tu pu constater ces dernières années ?

Bizarrement, ce n’est pas la technologie ou bien même l’usage qui a énormément évolué, c’est plutôt l’attente du public Geek. Les gens lambda trouvent « fun » ce qu’on leur propose, mais paradoxalement, ils ne comprennent pas trop l’intérêt de ce « gadget » pour leur vie de tous les jours… et d’un autre côté, quand on écoute les digital natives, eux formulent des souhaits pertinents. Ils aimeraient voir des choses utiles qui serviraient dans la médecine, le tourisme, le shopping … même si c’est réducteur de ne penser le dispositif que comme un écran d’information contextuel, ils ont déjà une vision et un désir de ce que cela pourrait leur apporter. Je pense d’ailleurs que ce sont les jeux vidéos qui leur permettent de se projeter facilement dans l’usage.

Quelle serait l’ expérience RA de tes rêves ?

Mes rêves sont toutes les réflexions que j’expose au travers de cette interview. Pourtant l’idée que je me fais de l’évolution de l’usage de la RA par le truchement de ma veille technologique, m’indique que nous avons déjà  les technologies dans les mains pour que cela ne soit plus des rêves. Peut-être que cela deviendra réalité, peut-être pas. L’essentiel est d’esquisser de nouvelles perspectives qui vont naturellement imposer de nouvelles questions, de nouvelles réflexions et qui mèneront à de l’innovation disruptive.

A ton avis, quelle sera la place de la réalité augmentée dans notre monde en 2033 ?

Sa place sera dans les cours d’histoire ! On parlera de la réalité augmentée comme étant l’étincelle qui a ouvert la voie à la falsification du réel pour tous. Mais comme je suis d’un naturel optimiste, voici ce qui arrivera selon moi bien avant 2033.

Dans les semaines et mois à venir, les premiers périphériques telles que les Google Glass vont faire exploser le HowTo/DIY vu à la première personne et le E-learning. En offrant à tout un chacun la possibilité de capturer simplement ce qu’il sait faire de mieux tout en ayant la possibilité de commenter ses actions, les utilisateurs vont inonder les plateformes tel que Youtube de leurs savoirs en tous genres. De comment mamie fait sa tarte secrète aux pommes, à comment changer un électroaimant supraconducteur de l’accélérateur de particules du CERN, tout y passera. Des sites adaptés au support viendront mettre de l’ordre dans ce déluge de connaissances et en parallèle les MOOC seront repensées au travers de ces nouvelles prothèses afin d’y ajouter cette couche d’interactivité que la réalité augmentée permet.

Credit : Synthesia

Credit : Synthesia

Par exemple, apprendre le piano avec un professeur pré-enregistré qui illuminera les touches de votre piano réel pour vous indiquer le bon positionnement de vos doigts…

Tel Ashton Kutcher via Twitter en 2009, les stars les plus connectées proposeront de vivre leur vie par procuration. Mouvement suivi par des gens « lambda » qui partageront eux aussi leur tranche de vie et leurs voyages. Cela aura pour effet de démocratiser le port de ces devices qui étaient jusqu’alors plutôt utilisés avec retenue dû aux questions de vie privée.

Les émissions télé intégreront la technologie des lunettes connectées dans leurs programmes, bien que ce soit plus pour l’aspect vidéo que pour la réalité augmentée. Par exemple, les chroniqueurs s’en serviront à titre de confidence, pour interviewer, montrer l’envers du décor, communiquer des sensations lors d’un test ou tous simplement pour filmer ce qu’ils font avec leurs mains. Il y aura aussi vraisemblablement des émissions basées sur le  journalisme citoyen qui capitaliseront sur le fait que nous serons tous des drones potentiels au plus près des évènements. Pour finir, il ne serait pas surprenant  de voir par exemple apparaître aux Etat-Unis, des jeux de télé-réalité où les spectateurs pourraient suivre et aider en temps réel des équipes de chasseurs de prime qui auraient pour mission d’intercepter un vrai malfaiteur dans un temps impartie. Les spectateurs seraient alors aussi acteur, ils pourraient zapper entre les différents participants, choisissant ainsi le meilleur point de vue pour suivre l’action. De l’adrénaline par procuration qui globalement ne coûterait pas grand-chose à produire.

Sur le même principe, lors d’évènements historiques, vous pourrez choisir au travers de quel utilisateur de SmartGlass présent sur place vous voulez voir la scène. Mais au-delà de la captation et de la diffusion en direct, c’est en rembobinant les archives temporelles que les perspectives deviennent excitantes. La réalité augmentée nous autorisera le “voyage dans le temps”. L’indexation et le traitement des sources vidéo géo-time-code, rendront possible la reconstruction des scènes en 3D et nous permettra de naviguer physiquement au sein de l’action passée. Prenons le discours d’investiture d’Obama à Washington en 2009, nous pourrons alors nous rendre sur place pour vivre et revivre ce moment historique en lui  faisant face sur la place ou en étant à ses côtés sur le belvédère.

Plus tard nous modéliserons les parties manquantes de notre passé et nous y ajouterons les simulations des protagonistes de ce moment. Les élèves de classe suivront leur professeur sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 pour assister au débarquement et vous pourrez vous rendre en la cathédrale Notre Dame de Paris le 2 décembre 1804 pour assister au sacre de Napoléon.

Les marques comprendront la vraie valeur ajoutée de la RA et penseront leur produit de grande consommation en version augmentée. On n’achète plus un produit seulement pour ce qu’il est, mais pour ce qu’il propose de faire. Une bouteille d’eau d’une certaine marque peut comptabiliser la quantité de liquide que vous avez bu dans la journée pour que vous soyez suffisamment hydratés, tandis qu’une autre marque dans le secteur des conserves « projette » sur le contenant un chef cuisinier qui vous propose d’accommoder le contenu de la boite avec ce qu’il vous reste dans le frigo.

Les utilisateurs de périphérique RA entendront traduit dans leur langue les interlocuteurs étrangers équipés du même appareil.

Grâce aux META.01 Augmented Reality Glasses, à la version de l’Oculus Rift munie de capteur pour capturer l’environnement réel et de tous les casques/lunettes couplés à un smart-phone qui arriveront sur le marché, nous posséderons des solutions autonomes accessibles pour se déplacer et interagir dans les Réalités Augmentées mixtes. Nous allons assister à une explosion du GéoGaming.

Credit : Google

Credit : Google

Tel Ingress aujourd’hui, le monde deviendra la grille de référence pour les jeux vidéos. Par exemple vous pourrez défier n’importe quels sportifs du monde entier sur une course de 100m sur votre piste d’athlétisme habituelle, ou encore vous balader dans les rue de paris au 18é siècle pour résoudre des enquêtes, et pourquoi pas vous échapper d’une invasion de zombie dans un parc.

 Dans le cadre des mmorpgs, on superposera sur notre environnement physique, ce monde virtuel afin de pouvoir y évoluer, et au sein duquel vous devrez relever de véritables challenges. Imaginez-vous en train de rechercher la lance d’Odin en vous confrontant physiquement au Grand Nord et en bravant réellement les tumultes d’une mer déchaînée pour atteindre l’île Vulcano en Italie afin d’y gagner l’incantation ultime de feu d’Ifrit. Selon le jeu choisi, l’architecture de votre ville sera par exemple substitué à votre vue par des bâtiments Steampunk ou des échoppes elfiques. Les joueurs revêtiront leur avatar comme un costume et seuls les inscrits pourront les voir.

L’intelligence artificielle ayant fait des progrès fulgurants, nous assisterons à la naissance des holobots. En effet, même si les robots finiront bien par faire partie de notre quotidien, pour des raisons évidentes de coût et d’utilité, ce sont les holobots de confort qui peupleront en premier notre monde. Au travers de nos périphériques de réalité augmentée nous pourrons converser en langage naturel avec ces agents digitaux qui seront nos valets personnels. Ils seront l’extension naturelle de Siri et Google now et seront parfaitement intégrés à notre environnement réel. Ces confidents humanoïdes holographiques générés dans le cloud, auront pour mission de nous aider dans les tâches de tous les jours, de nous conseiller et de mémoriser puis restituer toutes les informations dont nous pourrions avoir besoin.

Dû à la nécessité de récupérer le moindre des mouvements pour contrôler finement les interactions avec la réalité augmentée et l’informatique ubiquitaire en générale, un nouveau périphérique grand publique verra le jour “l’Orb”. Positionné stratégiquement dans un lieu, ce device se comportera à moitié comme une kinect boostée aux hormones avec une vision 3D volumetrique à 360°  et pour l’autre moitié comme un “scanner” de rayon T qui lui permettra de capter de l’information au travers de certaine matière.

Les constructeurs de bien durable créeront des objets aux comportements déjà programmés. Comme une panière à fruit qui vous indique les fruits de saison à acheter ou qui vérifie que vous avez bel et bien consommé les 5 fruits journaliers et dans le cas contraire vous alertera à ce sujet. Une voiture qui donne l’impression d’être transparente à vos yeux une fois à l’intérieur. Vous pourrez converser directement avec l’âme des objets et demander à votre frigo de ne pas ouvrir sa porte à vos enfant entre les heures de repas ou demander à votre machine à laver des conseils concernant les programmes.

Afin de rendre possible la “téléportation” nous créerons des espaces de fusion qui seront des zones construites à l’identique, où les objets et le vivant présents dans ces espaces se superposeront comme des calques. Cela permettra en entreprise de faire des brainstormings, des présentations dans une salle de réunion avec des participants se trouvant partout sur le globe, ou d’avoir son bureau dans un openspace tout en restant à la maison.

 

Les jardins, parcs et lieux public fusionnés, permettront à un anglais de se promener avec un français, à un portugais et un brésilien de discuter sur un banc … tout en étant physiquement dans leur pays respectif.

À l’école, les élèves partageront leur classe et collaboreront avec d’autres nationalités.

À la maison, une famille éclatée pourra continuellement se retrouver dans un espace dédié du salon ou autour de la table à manger, les enfants joueront dans leur chambre instantanément avec leurs meilleurs amis.

Dans plus de 5 ans

L’éclosion de l’égosyteme sera imminente. Suivant le même schéma qu’internet et les réseaux mobile, l’infrastructure qui y donnera accès, se déploiera petit à petit en couvrant les zones denses pour commencer. L’ère de la réalité augmentée touchera à sa fin, on parlera dorénavant de réalité alternative.

Elles se fonderont sur :

  • La réalité mère qui est la matrice originelle.
  • La réalité commune qui est la première surcouche de réalité alternative partagée par tous et qui sera gérée par un organisme tel que l’ICANN.
  • La réalité personnelle qui est la sphère de projection privée et qui aura son ascendant sur toutes les autres.

Cette systémique sera le moyen qui permettra à tout un chacun d’expérimenter sa propre définition de la réalité tout en restant connecté avec le reste du monde.

A l’image des personnages non-joueurs (PNJ) dans les jeux vidéo, les holobots de service feront partie intégrante de notre univers familier. Ils seront guides touristiques, agents d’accueils dans les hôtels, coachs sportifs … Eux seront à la disposition de tout le monde. Ils seront dotés d’une personnalité propre qui nous donnera l’impression de discuter avec un être doué de raison. Les holobots de service pourront être aussi l’enveloppe corporelle de certain robot, une sorte de peau holographique.

La nanotechnologie permettra d’envisager de se passer de lunette pour visualiser la réalité augmentée et l’égosysteme lira dans vos pensées de façon statistique. En captant le moindre de vos agissements, en analysant ce qui focalise votre attention et ce sur quoi vos yeux se posent, l’ordinateur devinera et déterminera ce à quoi vous songez, vos centres d’intérêts, quelles sont vos convictions, votre orientation sexuelle, vos penchants politiques … il saura même déjà où vous allez aller et ce à quoi vous allez penser. Ce qui rendra possible le voyage dans le futur (statistique lui aussi).

Il y aura toute une panoplie de nouveaux métiers qui sera liée à la perception.

Les designers de réalité alternative façonneront des surcouches à notre environnement où ils auront la liberté de créer de nouvelles lois physiques, de nouvelles fonctions et interactions avec le monde réel. Ces réalités accessibles, via les stores d’applications, vous permettront d’acheter des packs de nouvelles matières et textures pour l’architecture, des ambiances sonores et effets spéciaux ainsi que de nouvelles aptitudes. En ville, il ne tiendra qu’à vous de marcher sur du sable étincelant ou sur un parterre de fleurs qui éclot sur votre passage, d’être guidé par un nuage de lucioles, de voir “tomber” lentement la neige à l’envers ou d’être entouré d’une symphonie musicale qui s’adapte au lieu où vous êtes. On changera de réalité personnelle comme on change de chaîne de télé.

Dans plus de 10 ans

Un 3éme type d’holobot se développe : les holobots résiduels. Ces avatars sont la somme de toutes les traces digitales laissées par les êtres vivants et trépassés. Nous commencerons par élaborer les holobots résiduels des vivants. Ils seront votre Doppelgänger, capables de simuler en tout point votre comportement, vos réactions, vos actes et vos dires. Ils vous donneront le pouvoir d’ubiquité dans l’espace et dans le temps. Nous nous adresserons à cet ersatz de vous lorsque nous voyagerons dans le temps. Il aura le niveau de connaissance que vous aviez à l’instant T.

S’en suivra logiquement la transformation des holobots résiduels vivants en holobot résiduels défunts, ce qui nous permettra de continuer à discuter avec un être disparu. Enfin, nous ressusciterons, de façon numérique, les gens des autres époques ainsi que les personnalités tels que Einstein, Victor Hugo, etc.

Les innovations technologiques concernant les capteurs de l’egosysteme stimuleront virtuellement vos sens (sensation kinesthésique, goût, l’odorat, …) et vous permettront de vous connecter par la pensée avec lui.

A court ou moyen terme, tout cela entraînera de grandes réflexions philosophiques et législatives. En effet dans un mode où l’illusion absolue aura pris l’ascendant sur l’existant, pourra-t-on encore considérer la simulation autrement que comme une réalité ?

Devrons-nous bannir des appstores les augmentations qui auront la possibilité de marquer d’un signe distinctif les personnes ayant une ethnie, des convictions religieuses ou politiques différentes ? Même si  tout ceci se trouve dans la sphère de réalité personnelle ?  Quid des drogues numériques, qui simuleront tous les effets des drogues réelles sur vos sens mais sans molécule chimique : seront-elles dans ce cas illégales ? La régulation n’entraînera-t-elle pas un marché noir ? …etc.

Le mot pour la fin…

Je ne pense pas que les gens réalisent à quel point les réalités augmentées/alternatives vont avoir un impact profond sur la société. Je voudrais quand même attirer l’attention sur la partie obscure qui occasionnera des dégâts collatéraux considérables et qui tient en une phrase :

Il n’y aura plus de place pour le mensonge et la médiocrité.

Cela va contraindre les industriels à être extrêmement rigoureux ou être bons communicants ! Par l’intermédiaire de programmes collaboratifs, les remontés négatives des consommateurs auront des répercussions sur la représentation de notre monde. Des têtes de mort pourraient se superposer sur chaque paquet de céréales contenant des OGM ou des graisses hydrogénées, les vêtements fabriqués par des enfants pourraient s’illuminer d’un halo rouge sang…

Évidement que ces systèmes existent déjà sous la forme de shopwise, Tripadvisor, etc, mais aujourd’hui nous ne pensons pas toujours à sortir notre smartphone pour acheter quelque chose ou choisir de rentrer ou non dans un resto, un magasin … Demain, munis de nos lunettes, les commentaires du quidam feront virtuellement partie intégrante des façades des échoppes et à l’échelle humaine, l’individu aura comme étendard apparent son historique de vie, ses casseroles ainsi que son C.V..

C’est pour cela qu’il est très important de se prêter à l’exercice de la mise en perspective du futur. Si nous n’anticipons pas dès aujourd’hui les usages alors, beaucoup de gens souffriront de la mémoire du web et beaucoup de sociétés devront se remettre en question : Mourir ? S’adapter? Ou rentrer dans l’interminable et épuisante course de “l’hyperformance” pour rester attractif ?

Olivier Schimpf (204 Posts)

J’ai une formation technique et je suis passionné par les nouvelles technologies et tout ce qui s’en approche. Aujourd’hui je participe,à l’animation du blog http://augmented-reality.fr. En 2011, nous avons créé avec Gregory Maubon, l’association de promotion de la réalité augmentée RA’pro dont je suis le président. Dans le cadre des activités de RA’pro, je co-organise les ARuseCamp (http://ARuseCamp.org) et j'interviens pour des conférences, des ateliers ou du conseil et de l'accompagnement. Vous pouvez me joindre à cette adresse olivier@augmented-reality.fr ou via skype olivier.schimpf Linkedin ; http://www.linkedin.com/profil.....rk=tab_pro


2 comments for “Greg Madison nous expose sa vision de l’avenir de la réalité augmentée

  1. NiX
    19 janvier 2014 at 15 h 19 min

    En lisant ce texte, je pensais que c’était un peu de la SF quand même … mais pas du tout en fait.
    http://www.bloomberg.com/video/meet-microsoft-s-virtual-personal-assistant-ClOLomjTTSKUEsXEz3GxUQ.html

    Bravo Greg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *