Laval Virtual Days spécial Luxe et Retail le 28 juin au hub BPI

15823887183_f981005ef7_zLe 28 juin prochain les Laval Virtual Days seront toute la journée au Hub BPI à Paris pour explorer un sujet des plus intéressant, le Retail et le Luxe. Nous avons posé quelques questions sur ce thème à Michaël Haddad, responsable du pôle Optique Appliquée & Algorithmes de L’OREAL pour essayer de comprendre les enjeux à venir.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vous rappelle que vous pouvez vous inscrire sur la page des Laval Virtual Days et y découvrir le programme complet. On y parlera en effet de RA et de RV dans la PLV, l’organisation de la production, le shopping en ligne ou en magasin, etc. A travers 2 tables rondes et 4 témoignages, des spécialistes du sujet vont présenter des cas d’usages concrets permettant d’inspirer les professionnels du secteurs. Bref, une journée à ne pas manquer pour vous mettre à niveau sur le sujet !

Revenons maintenant à la réalité augmentée, avec Michaël Haddad.

Bonjour Michaël, pourriez-vous vous présentez en quelques lignes ?

Je suis opticien de formation, j’ai fait une thèse de doctorat sur l’interaction lumière matière et me suis toujours intéressé en parallèle au numérique et à l’innovation (voir par exemple http://www.paristechreview.com/2015/12/06/piloter-innovation/). Après un parcours assez varié dans de nombreuses industries (défense, télécom, automobile, santé…) j’ai rejoint le groupe L’Oréal pour structurer un pôle autour de l’optique appliquée et des algorithmes au service de la cosmétique connectée et personnalisée.

makeup-geniusVous allez parler des enjeux de la réalité augmentée pour l’industrie des cosmétiques lors du prochain LV Days du 28 juin. Sans en dévoiler trop, pouvez-vous nous expliquer un enjeux majeur ?

La plupart des industries font face aujourd’hui à une véritable révolution induite par les technologies numériques. En ce qui concerne les cosmétiques on parle de digitalisation de l’apparence.

Les briques technologiques, tel que le Deep Learning, qui nous intéressent pour proposer un miroir augmenté (segmentation du visage, âge apparent, …) sont aujourd’hui en grande partie entre les mains des géants du web (Facebook, Google, Amazon…) et c’est un effort important que nous sommes en train de faire pour les comprendre et les maîtriser. Ce sont de nouveaux métiers sur lesquels nous ne sommes pas connus des écoles d’ingénieurs et laboratoires de recherche et donc un enjeu important de la direction technologique à laquelle j’appartiens pour identifier ces nouveaux talents et créer de nouvelles expertises au sein du groupe.

Dans ce secteur particulier, comment voyez-vous l’avenir à 10 ans ? L’usage sera-t-il majoritairement sur des appareils personnels (smarphone, smartglasses) ou sur des dispositif en magasin (type miroir magique) ?

Modiface Mirror

Modiface Mirror

L’usage des smartphones est aujourd’hui presque banalisé. Une application comme Make Up Genius a déjà été téléchargée plusieurs dizaines de millions de fois sur les App stores. Les smartglasses seront sûrement tôt ou tard un instrument incontournable de la réalité augmentée mobile mais présentent, en ce qui concerne les cosmétiques, l’inconvénient de masquer une partie du visage importante pour nous (yeux, paupières, cils, pommettes…). Les miroirs magiques tels que ceux qui commencent à être conçus par les grands groupes de l’électronique grand public (Panasonic, LG) semblent plus proches, en terme d’usage, des pratiques actuelles de nos consommatrices et consommateurs mais encore très coûteux.

Dans 10 ans je crois plus à des applications de retouche temps réel pour la visioconférence par exemple sous réserve que les moteurs de rendus soient hyper réalistes et s’appuient, dans le cas de la cosmétique, sur des modèles physiques d’interaction lumière matière. L’essayage virtuel de produits cosmétiques sera alors complètement démocratisé. Je pense que l’on va aussi observer une montée en puissance la réalité virtuelle autour de l’HoloLens de Microsoft et son concept d’holoportation par exemple. Il me parait clair que la représentation d’avatars numériques et la gestion digitale de l’apparence seront stratégiques. Les moteurs graphiques développés par l’industrie du jeu vidéo sont d’ailleurs déjà saisissants de réalisme.

Merci Michaël et rendez vous le 28 juin pour en savoir plus sur le sujet (inscriptions)


Grégory Maubon (609 Posts)

Grégory MAUBON est responsable des données au sein de HCS Pharma, startup biotech spécialisée dans le high content screening et les pathologies complexes. Il est également Tech Evangelist en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA’pro l’association de promotion de la réalité augmentée.
=> www.maubon.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *