Les Presses de l’Inalco utilisent la réalité augmentée pour « donner plus » aux lecteurs

Nathalie Bretzner

Les Presses de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) proposent pour la première fois dans l’édition scientifique universitaire deux ouvrages en réalité augmentée, via l’application SnapPress. Le premier est une grammaire de référence pour la langue Bambara, langue la plus parlée au Mali. Cet ouvrage donne accès en réalité augmentée à plus de 1500 fichiers audio. L’autre livre porte sur l’histoire de la Crète sous domination vénitienne et contient des illustrations enrichies en réalité augmentée. Nathalie Bretzner, responsable administrative, nous explique les raisons de ce projet.

Bonjour Nathalie, pourrais-tu en quelques mots te présenter et nous en dire un peu plus sur les  presses de l’Inalco ?

Éditrice depuis de nombreuses années, d’abord au sein de ma propre structure, j’ai suivi et non subi les grandes transformations de l’édition.

En 2016, j’ai rejoint l’Inalco, l’Institut national des Langues et Civilisations orientales, qui créait sa maison d’édition. Aujourd’hui, je suis directrice administrative et c’est avec plaisir que je travail au sein de ce grand établissement qui dispense l’apprentissage de plus de 100 langues.

Enfin, le fait d’être au sein d’un établissement d’enseignement supérieur est un vrai défi. En effet, Les Presses de l’Inalco étant une maison d’édition scientifique publique, nous sommes dans une structure où nos auteurs sont aussi nos lecteurs, en tant qu’enseignants-chercheurs. Les regards sur notre travail sont donc différents. À l’intérieur même de ce marché, nous représentons un écosystème spécifique, celui des sciences humaines et sociales (SHS).

Quel est l’objectif poursuivi par l’utilisation de la réalité augmentée dans deux ouvrages des presses de l’Inalco ?

Le format de la grammaire autorise comme tous les ouvrages pédagogiques l’utilisation de la réalité augmentée. Elle permet d’agrémenter nos ouvrages, de les compléter et de donner au papier une nouvelle dimension. C’est une interdépendance entre le numérique et le papier.

Pour Venise en Crète, l’approche était différente. Nous étions un peu frustrés de présenter au lecteur de très belles illustrations avec une simple légende. Un peu comme si nous étions dans un musée avec un simple cartouche explicatif. Nous voulions mieux commenter ces oeuvres en ajoutant des détails propres à chaque illustration. C’est l’audioguide gratuit et mobile !

Y a-t-il un intérêt particulier à utiliser la réalité augmentée pour une langue rare en comparaison d’une langue plus courante ?

Oui, nous le pensons. Apprendre une langue rare n’est pas forcément une sinécure, au contraire cela demande beaucoup de volonté. Être accompagné dans l’apprentissage d’une langue est à notre sens, une véritable richesse. La réalité augmentée permet d’enrichir nos ouvrages de fichiers sonores, vidéos, pour renforcer leur valeur scientifique, pédagogique et culturel.

De même, l’Inalco propose des Mooc pour certaines langues, et ce pourrait être, me semble-t-il,  un addenda didactique intéressant.

Est-ce que l’utilisation de la réalité augmentée vous a amenée à revoir la façon dont vous concevez le support imprimé ? Est-ce que cela a supposé le recours à des compétences spécifiques ?

Oui et non.

Oui, pour les ouvrages pédagogiques tels que les manuels, nous avons dû repenser la maquette en tenant compte de l’emplacement des éléments en réalité augmentée. De même, il a été nécessaire de réfléchir à des gabarits différents que ceux que nous utilisions pour nos collections tout en respectant l’identité graphique de nos collections.

Non pour les compétences scientifiques j’ai  une équipe très professionnelle, qui a compris l’intérêt de ces nouvelles applications et qui souhaitait participer au développement de celle-ci en interne. Tous, nous avons donc échangé, construit ensemble ces thématiques.

Qu’est-ce qui vous a incitée à choisir la solution proposée par SnapPress ?

Il m’a semblé qu’elle était la plus adaptée pour l’utilisation de la réalité augmentée avec le livre papier.

J’ai fait pas mal de recherches, je connaissais des solutions qui semblaient a priori correctes mais un des gros problèmes était pour l’utilisateur l’obligation de créer un compte, ce que je trouvais vraiment rédhibitoire.

SnapPress fonctionne avec une application gratuite pour l’utilisateur.

Où qu’il soit, il peut utiliser l’application simplement. L’application ajoute un contenu sonore, visuel et interactif. Lorsque la tablette ou le smartphone passent au-dessus des pages, des images, des bruitages ou des textes, des qcm, etc.  s’activent et peuvent être vus, lus.

De plus SnapPress est à ma connaissance la seule solution qui prend en compte l’objet livre dans toute sa matérialité et qui ne le réduit pas à un simple fichier informatique.

Neon Avril 2019 en réalité augmentée

Comme je le disais plus haut, c’est l’interdépendance, la complémentarité entre le numérique et le papier. Je suis persuadée que ces nouvelles applications permettent aux livres papiers d’exister autrement et que le livre papier a toujours sa place dans le paysage culturel.

Est-ce que vous envisagez la sortie d’autres parutions augmentées ? Quelles sont selon vous les prochaines étapes dans l’utilisation de la réalité augmentée pour l’apprentissage des langues ?

En effet, nous envisageons de nombreuses autres publications en réalité augmentée.

La prochaine sera un manuel pour apprendre le tibétain. Il comportera beaucoup d’interactivités avec des exercices.

Puis, un ouvrage en français et la réalité augmentée permettra de découvrir les textes en népalais.

Des projets en 3D sont à l’étude.

De manière plus générale, quels développements possibles voyez-vous entre l’imprimé et la réalité augmentée ?

Je pense que nous sommes à l’aube de nouveaux paradigmes dans l’édition. On le voit déjà avec une professionnalisation du métier d’éditeur, une approche différente du triptyque auteur-éditeur-libraire.

La réalité augmentée permet une approche distincte en mêlant l’oralité à l’écrit, elle crée une mosaïque pour mieux découvrir les ouvrages en donnant au livre une valeur culturelle supplémentaire.

L’objet livre qu’il soit pédagogique, culturel trouve avec l’ajout de la réalité augmentée des horizons supplémentaires.

Pour les ouvrages pédagogiques, elle renforce l’apport didactique.

Pour les autres types d’ouvrages, elle renforce l’apport culturel.

Ainsi nous mettons en exergue notre devise, transmettre à tous, diffuser plus loin.

En tant qu’éditeur scientifique public, nous devons transmettre le savoir, le diffuser, nous diffusons le plus loin possible et autrement grâce aux nouvelles fonctionnalités offertes par la réalité augmentée.

Merci Nathalie pour cet éclairage sur l’utilisation de la réalité augmentée et rendez-vous sur le site des Presses de l’Inalco pour les prochaines sorties !

Grégory Maubon (686 Posts)

Grégory MAUBON est responsable des données au sein de HCS Pharma, startup biotech spécialisée dans le high content screening et les pathologies complexes. Il est également Tech Evangelist en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA'pro l'association de promotion de la réalité augmentée. => www.maubon.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *