Olivier Perez nous présente une expo photos en RA

Lors de notre veille, nous avons lu une annonce concernant une exposition de photos en réalité augmentée à Toulouse. J’ai contact l’association Image Invisible et Olivier Perez m’a fait le plaisir de répondre à mes questions.

Olivier, pouvez-vous vous présenter en quelques mots, et nous décrire votre parcours ?

Je m’appelle Olivier Perez et suis photographe depuis 7 ans. Je navigue entre photographies personnelles et quelques boulots commerciaux.

J’ai beaucoup voyagé et vécu à l’étranger, rencontré une multitude de cultures desquelles j’ai appris énormément. En revenant en 2008 en France, j’ai cherché à mettre en relation toutes ces réflexions emmagasinées auprès de « l’autre », trouver un point de rencontre à toutes les idées que j’avais. Je n’avais plus de contact dans la profession et ne voulait pas non plus faire de « l’appui bouton ».

C’est en m’intéressant au QR code qu’a germé l’idée de l’utiliser pour présenter des photographies. Mais ce système s’est rapidement trouvé trop réducteur. Du coup, la réalité augmentée m’est apparue comme intéressante comme outil de diffusion des photographies.

Ainsi a germé l’idée, qui s’est complexifiée avec le temps et les problèmes rencontrés.

Depuis quand vous intéressez-vous à la réalité augmentée et comment l’avez-vous découverte ?

Je crois que je m’intéresse à la réalité augmentée depuis environ 2 ans. C’est mon intérêt pour le QR code qui m’y a fait venir à force de recherche sur le Net, etc.
Je crois que la réalité augmentée n’est pas encore très mure pour le public, c’est pour cela d’ailleurs que nous passons par le festival Novela, de la mairie de Toulouse, qui se veut partager les savoirs et apporter des embryons d’idées aux gens.

La réalité augmentée me fait à la fois peur et, croire que l’on peut créer un pont nouveau et positif entre le virtuel et le réel.
Peur, car ce genre d’invention est propice à la multiplication d’intrus dans notre quotidien, publicité, « bionicité » (je ne sais pas, si on peut mettre bionicité, mais je crois que ça veut bien dire ce que je veux exprimer, a vous de voir) du corps, mais d’un autre côté elle ouvre des possibles inimaginables.

Dans notre cas, je me sers seulement de la réalité augmentée comme un outil, pas comme une fin en soi, elle me permet, dans mon domaine, de faire évoluer les idées, les manières de voir.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste l’exposition que vous mettez en place à Toulouse ?

Il s’agit de donner à voir l’œuvre d’artistes-photographes connus et débutants, locaux et internationaux via le procédé de la réalité augmentée. Nécessaire à la visualisation des œuvres, une application gratuite est disponible et téléchargeable sur les plateformes Apple store et Google Play… Ainsi, l’art descend dans les rues, s’invite dans l’espace urbain, investit les vitrines des rues commerçantes de la ville et propose au grand public d’entamer un dialogue complice et riche.

Très intéressant. Donc l’exposition est accessible à tous les processeurs de smartphone. Mais cela n’est qu’une partie des passants, avez-vous mis en place une solution alternative ?

Il y a différentes réponses possibles à votre question. Seulement ceux qui ont un smartphone peuvent voir l’exposition, effectivement. Mais nous voulons imaginer que les passants seront avec leur famille, avec leurs amis qui eux, n’ont pas de smartphones. Ils pourront alors voir les photographies ensemble.
La deuxième chose est que nous allons distribuer dans Toulouse un flyer avec un marqueur au recto. C’est une distribution dans la mesure de nos moyens et contacts. Sur ce marqueur, il y aura une image, chaque jour, différentes, de photographies d’anciens élèves de l’ETPA, l’école de photographie de Toulouse. C’est un moyen que nous avons trouvé, permettant aux gens de déjà avoir l’expérience d’une exposition en réalité augmentée chez eux. Via le mail, ce sera la même chose.
Au lieu de jeter rapidement son flyer, on peut faire une expérience nouvelle chaque jour, et l’on incite, sans trop abuser, je crois, à venir voir l’exposition sur place.

Comme je le disais plus haut, cette application n’est qu’un outil, je crois vraiment à la force d’internet, mais si c’est pour passer le plus clair de son temps devant l’ordinateur, cela ne sert à rien. La réalité augmentée est une bonne solution pour arriver à faire sortir les gens tout en restant connecté.

Est-ce que les artistes participants à cette exposition connaissaient la réalité augmentée ?

Aucun participant ne connaissait la réalité augmentée, aucun magasin ne connaissait la réalité augmentée, aucun de nos partenaires ne connaissait la réalité augmentée, aucun correspondant ne connaissait la réalité augmentée et ça me fait penser que peu de gens qui iront voir l’exposition connaissent la réalité augmentée.en gros, personne n’ira voir cette exposition 😉
Je pense qu’au contraire, le côté ludique et l’interrogation que va porter le public à ce projet seront positifs.
Exactement, le côté ludique et la curisioté du public va forcement provoquer d’intérêt pour cette nouvelle forme d’exposition.
Pouvez vous nous présenter les artistes participants à cette aventure?
Nous avons prévu une direction artistique qui, je l’espère, sera à la portée de tous.
En fait pour la première exposition les photographies choisies sont articulées autour du thème de « l’ambiguïté du réel ». Un thème qui fait sens avec la technologie utilisée.

Quatre artistes vont participer :

Susan Anderson et, sa série High Glitz, des portraits de petites filles qui participent à des concours de beauté aux États-Unis.

Tim Jorgensen qui nous donne une vision, sa vision des villes de Shanghai et Dubaï avec « Displacements ». Il utilise un procédé qui nous fait croire que ce qu’il a photographié est une sorte de maquette.

Hicham Benohoud et « La salle de classe ». Lorsqu’il fut professeur d’arts à l’école, il a mis en scène ses élèves sous les codes de la photographie de reportage.

Myoung Ho Lee qui photographie des arbres comme des objets d’art dans sa série « Tree ».

Pour l’organisation de cette expo qui sont vos partenaires?

Notre partenaire, ou plutôt celui qui nous aide considérablement est le festival Novela, qui nous a intégré dans sa programmation. C’est un festival qui essaye ( et qui le fait bien) de démocratiser les sciences à tout un chacun, il fédère de nombreux projets associatifs.
Pour ce qui est de l’application, l’entreprise Nevidebla nous a aussi aidé en nous permettant d’avoir l’application en réalité augmentée.
Mis à part, les Galeries et l’école de L’ETPA, qui nous aident pour les photographies, il n’y en a pas. Nous sommes assez novice dans la mise en place d’événements et le manque de temps ne nous a pas vraiment permis de suivre le temps des institutions et entreprises.

Quels ont été les frein à la mise en place de cette manifestation?
Je dirais que notre inexpérience dans le processus de mise ne place d’une manifestation était le principal frein. Ensuite le projet a beaucoup plu et de là les choses ont tout de même commencé à avancer.
Ensuite à chaque étape, des problèmes d’ordre technique, nous ont freinés mais il y a que des solutions aux problèmes.

Très bien pour finir cette entretien, quelle sera sa place à votre avis la place de réalité augmentée dans notre monde en 2030 ?

Dépassée !!!

Le mot de la fin…

Nous sommes là sur un terrain glissant, mais qui a toute les chances de se développer.r; Nous croyons au potentiel de cette démarche

Merci beaucoup Olivier pour cet entretien.
Il sera sympa de nous donner quelques feedback de certains des passants ou visiteur.

Vous n’habitez pas Toulouse ? Pas grave, Image Invisible a pensé à tout, vous pouvez tester l’application de chez vous. En scannant avec l’application le marqueur ci dessous chaque vous pourrez découvrir une photographie d’anciens élèves de l’ETPA.

L’application est disponible sur :

  

Plan des expositions :

Olivier Schimpf (205 Posts)

J’ai une formation technique et je suis passionné par les nouvelles technologies et tout ce qui s’en approche.

Aujourd’hui je participe,à l’animation du blog http://augmented-reality.fr. En 2011, nous avons créé avec Gregory Maubon, l’association de promotion de la réalité augmentée RA’pro dont je suis le président. Dans le cadre des activités de RA’pro, je co-organise les ARuseCamp (http://ARuseCamp.org) et j’interviens pour des conférences, des ateliers ou du conseil et de l’accompagnement.

Vous pouvez me joindre à cette adresse olivier@augmented-reality.fr ou via skype olivier.schimpf

Linkedin ; http://www.linkedin.com/profil…..rk=tab_pro


2 comments for “Olivier Perez nous présente une expo photos en RA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *