Rencontre avec Testia et la solution industrielle MiRA

C’est au cours de Laval Virtual 2015 que nous avons pu nous entretenir brièvement avec TESTIA et avoir des nouvelles intéressantes de son programme industriel MiRA. Pour partager avec vous toutes ces informations nous avons demandé à Aurélien COTTET (Head of SMW) et Franck BONARD (Program Manager of SMW) de nous en dire un peu plus.

Bonjour, pouvez-vous nous présenter la genèse de TESTIA ?

Aurélien : TESTIA est une compagnie appartenant au Groupe AIRBUS, dont la genèse vient de plus de 20 ans d’expertise dans le monde de l’inspection et du contrôle qualité pour le milieu très exigeant de l’aéronautique. Ce savoir-faire utilisé aussi bien en production que pour la maintenance concède à TESTIA une compétence mondialement reconnue dans le domaine du Contrôle Non Destructif. La Réalité Augmentée est venue tout naturellement compléter le portfolio des technologies de TESTIA pour la nouvelle génération de solutions d’inspection et de Contrôle Non Destructif.

TESTIA_logo_Quadri_posi AIRBUS GROUP

Airbus a intégré depuis de nombreuses années la réalité augmentée dans ses processus industriels, quels sont les avantages de cette technologie pour un avionneur ?

Whole Aircraft DMUAurélien : Effectivement, en 2010, AIRBUS a demandé à AIRBUS Group Innovations (AGI) de développer un outil très simple d’utilisation pour l’inspection et la capture en temps réel de la configuration avion installée et ce dans le but d’uniformiser la qualité au sein de tous les centres de production qui sont répartis sur plusieurs pays européens. AGI a répondu à cette demande en proposant d’industrialiser les résultats d’un programme de recherche co-financé par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) sur l’assistance des opérateurs en réalité augmentée. AGI a développé avec AIRBUS une solution de Réalité Augmentée très simple d’utilisation appelée MiRA (Mixed Reality Application). Le premier usage de cette solution pour l’avionneur a été de pouvoir vérifier l’intégrité du bon placement des milliers de pièces installées dans les avions comme par exemple les supports fixes qui maintiennent les câblages électriques, les tuyaux hydrauliques ou d’air conditionné, etc…

Franck : Pour un avionneur, les avantages principaux sont les suivants :

  • Augmentation de la productivité : ainsi pour le contrôle des supports fixes de l’A380, le temps d’inspection est passé de 3 semaines à 3 jours.
  • Traçabilité exhaustive et en temps réel : les écarts attendus à la définition sont immédiatement détectés, documentés et corrigés.
  • Digitalisation de bout en bout du processus de génération et exploitation des fiches d’instructions : génération automatique à partir de la maquette numérique 3D, suppression du papier pour les opérateurs qui ont accès à des instructions numériques contextualisées toujours à jour et enfin remontées immédiates de l’avancement des travaux dans les systèmes de gestion de production (ERP) et de suivi qualité.

Les avantages liés à l’utilisation d’une telle technologie ont été tout de suite visibles pour l’avionneur. Ils ont conduit au déploiement de MiRA sur l’ensemble des programmes avions A350, A380, A320 et A400M. Actuellement, MiRA est utilisé par plus de 600 usagers.

Les techniciens utilisent MiRA, Mixed Reality Application, pour de l’assistance à leurs tâches quotidiennes. Comment ont-ils réagi lors de la phase de développement de l’application? Quelles ont été leurs craintes ou réticences ?

SART - Harness 02Aurélien : Cette technologie a été développée pour aider les opérateurs de production et non pour les remplacer. Cette notion est importante et a été comprise comme telle au sein des usines. Pour une parfaite adoption de cette nouvelle solution, ils ont été impliqués dès le début dans le développement de l’application. Néanmoins, il y a eu deux types de réticences. La première concernant le poids des tablettes de l’époque, ce qui n’est plus un problème aujourd’hui. La deuxième est venue des plus expérimentés qui craignaient la prise en main d’une solution numérique sur tablettes mais ils ont été vite convaincus car MiRA leur simplifiait leurs tâches.

J’imagine que la RA permet d’aller beaucoup plus loin que de la “simple” assistance. Quels sont les autres usages de MiRA?

MiRA usage illustration 01Aurélien : Oui, la RA peut aller plus loin qu’une simple assistance à l’inspection des travaux finis. L’étape suivante pour Mira a été l’aide au montage. Il s’agit non seulement d’assister l’opérateur en montrant pas à pas et en contexte la procédure de montage à réaliser mais aussi d’attester directement de la bonne exécution des travaux.

Franck : De plus, la RA est un outil important pour la montée en compétence des nouveaux arrivants qui rejoignent les usines sans toute la connaissance des anciens.

Maintenant, quelques questions pratiques. Comment passe-t-on du modèle CAO conçue par le bureau d’étude à l’affichage en réalité augmentée disponible pour les techniciens ?

MiRA - 2 - 003Franck : MiRA est composé de 2 applicatifs :

  • MiRA Preparation qui permet de préparer automatiquement des fiches d’instructions de réalité augmentée à partir de la maquette numérique 3D et en respect des standards de l’entreprise.
  • MiRA Execution qui permet d’exécuter la fiche d’instructions, par exemple sur une tablette.

MiRA peut prendre en charge un grand nombre de format CAO différents (CATIA v6 – 3Dxml, CATIA v5, CATIA v4, CADDS 5, Pro/Engineer, Simens NX, STEP, …) et s’interfacer avec une grande variété de base de données de production (SAP ou autres) car les informations CAO doivent être enrichies de données de production.

Est-ce que avec MiRA les techniciens peuvent faire des retours sur les problèmes et difficultés rencontrées lors du montage ou du contrôle ?

Franck : Effectivement, c’est aussi un enjeu de MiRA ! Que ce soit pour l’inspection ou le montage, l’opérateur peut à tout moment déclarer et documenter une anomalie. Par exemple, un opérateur qui va contrôler des pièces à inspecter, une par une ou par lots, via plusieurs fonctions disponibles et selon ses habitudes de travail et ce afin d’être le plus efficace, pourra déclarer une anomalie en cas de manquant.

Chaque résultat de l’inspection de chaque pièce est consigné dans un rapport qui est enrichi d’annotations, d’illustrations, et d’éventuelles prises de vue.

Le rapport sera ensuite exploité par les services méthode, qualité, logistique ou le bureau d’étude suivant la nature de l’anomalie.

Comment gérez-vous les évolutions des produits ? Comment les techniciens sont-ils informés de ces changements?

Maquette superposéeFranck : MiRA est en fait un ensemble de modules qui une fois configurés et assemblés permettent d’adresser un grand nombre de situations qui sont spécifiques aux activités envisagées et aux standards ou environnements informatiques rencontrés dans les différentes lignes de production des entreprises. Ces modules sont gérés en configuration et publiés dans un « store ». Leurs évolutions sont diffusées automatiquement de façon analogue à ce que tout un chacun connaît sur son smartphone à la différence près que l’installation sur l’ensemble d’une flotte de terminaux est régulée par un administrateur applicatif, utilisateur ou personnel du service informatique. Ainsi, la personnalisation pour une grande variété d’usages, l’administration et la mise à jour des applicatifs MiRA sur une flotte de terminaux devient extrêmement simple.

Notre dernière question traditionnelle pour terminer : comment voyez-vous l’évolution de la réalité augmentée dans les années à venir ?

Aurélien : La mise en place d’une solution de Réalité Augmentée comme MiRA, ne peut se faire que lorsque le client s’engage dans une démarche volontaire de digitalisation de ses processus de production. L’information numérique CAO 3D produite par le bureau d’étude est alors mise au cœur de la production. Le résultat est une simplification et une automatisation des processus d’exploitation de l’information issue du bureau d’étude et une meilleure exploitation, plus simple et plus rapide, des retours et remontées des opérateurs. L’ensemble des services, bureau d’étude, méthode, production, qualité et logistique bénéficieront de cette approche de digitalisation de bout en bout. Bien sûr, le service informatique sera un acteur clé dans la mise en place de cette démarche.

MiRA est maintenant largement déployé chez Airbus Group et bénéfice de plus de 4 ans de retour d’usage opérationnel en France, Allemagne, Grande Bretagne et Espagne. L’adopter est un gage de succès.

Aujourd’hui, pour les activités de production, la réalité augmentée est un vecteur de la démarche de digitalisation de la production et en particulier pour les opérateurs qui effectuent des tâches manuelles et qui en étaient jusqu’à présent exclus.

Notre vision est que la réalité augmentée, à l’exemple d’Airbus, va d’abord se déployer sur tablettes et en projection.

Ensuite, nous avons effectué avec Airbus Group Innovations différentes expériences avec des lunettes de réalité augmentée. Il apparaît que leur usage doit être pour l’instant réservé à des tâches où l’information à l’opérateur peut être apportée via des instructions très simples sous forme de symboles ou de textes élémentaires. On est encore loin de pouvoir exploiter une information riche et spatialisé comme dans MiRA. Cependant, la technologie progresse vite et la prochaine génération de lunettes, voire la suivante, permettra alors d’envisager leur exploitation opérationnelle pour de « vraies » applications de réalité augmentée.

Un grand merci à Aurélien COTTET et Franck BONARD pour leur disponibilité et à toute l’équipe de TESTIA et l’AIRBUS qui nous a aider à préparer cette échange. Rendez-vous sur le site de TESTIA pour être au cours de l’actualité de MiRA.

Grégory Maubon (545 Posts)

Grégory MAUBON est consultant expert en réalité augmentée et usages numériques. Il est à l’origine en 2008 du site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA’pro l’association de promotion de la réalité augmentée. Il propose aujourd’hui des prestations pour aider les entreprises et les institutions à définir avec précision leurs besoins en réalité augmentée et les accompagner dans la mise en place. Grégory MAUBON est également animateur et conférencier.


2 comments for “Rencontre avec Testia et la solution industrielle MiRA

  1. Thibault
    22 décembre 2015 at 9 h 26 min

    C’est une honte !
    2 à 3 Milliards de bénéfice pour Airbus et ils osent ce faire co-financer leur développement …..

    Sinon superbe innovation Testia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *