Innovatives SHS : La réalité augmentée au services des équipes de recherche CNRS

La semaine dernière à Lille s’est tenu le 4ème salon Innovatives SHS qui met en valeur les innovations des équipes « sciences humaines et sociales » du CNRS. C’était l’occasion pour nous de voir concrètement comment les chercheurs utilisent et développent de la réalité augmentée. Et nous n’avons pas été déçus !

Avant de rentrer dans les détails des projets nous avons pu faire un point sur la valorisation au CNRS avec le nouveau directeur général délégué à l’innovation, Jean-Luc Moullet et le directeur de l’INSHS du CNRS, François-Joseph Ruggiu. Aussi étonnant que cela paraisse, le CNRS ne s’est doté d’une direction de l’innovation que depuis quelques mois. Cependant, la valorisation du travail des chercheurs date de bien plus longtemps, y compris dans le cas des SHS qu’on pourrait croire plus éloignées de cette volonté de valorisation. Comme François-Joseph Ruggiu nous l’a expliqué, si dans les années 2000/2005 il fallait faire beaucoup de pédagogie pour expliquer l’intérêt des découvertes en SHS pour le monde économique, ce n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, les cas d’utilisation des sciences sociales sont légions. Nous remarquons également que le numérique est largement devenu un outil incontournable de la palette du chercheur et qu’il sert de base à tous les projets proposés. Les technologies immersives sont par ailleurs largement mises en valeur.

Intéressons nous maintenant aux projets qui exploitent plus particulièrement la réalité augmentée. Nous allons suivre leurs évolutions pour vous proposer dans les mois qui viennent des interviews permettant d’aller plus loin dans le détail de leur fonctionnement.

Ikonikat 3D

La réalité augmentée est utilisée dans ce projet pour aider les spectateurs à montrer les points d’intérêt des oeuvres d’arts. Le dispositif a été utilisé sur des tableaux et aujourd’hui sur des statuts (une expérimentation est en cours au Louvre Lens). L’application, très simple, est une sorte de crayon virtuel permettant de suivre la façon dont un observateur « voit » une oeuvre et de lui demander explicitement ce qui lui semble être « intéressant ». Cela semble un excellent outil de médiation et une nouvelle manière de rendre actif le public.

ICI AVANT

Prêt pour un parcours dans la ville ?

L’application vous propose un ballage augmentée dans la ville de Lille en visualisant un important stock d’archives photographiques « in situ ». Dans cette première version que vous pouvez tester ici (fichier .apk), vous trouverez deux parcours : un au centre de Lille (pendant la première guerre mondial) et un sur le site de l’ancienne foire commerciale.

De nombreux développements sont prévus dont la possibilité pour l’utilisateur de mettre en ligne ses propres ressources et de créer ses propres parcours de visites. Evidemment, cette mise en valeur du patrimoine photographique est possible pour d’autres villes !

Archeovision : Augmented Heritage Archaeology

Archéovision utilise en particulier les Hololens (en collaboration avec Holoforge) pour nous permettre de découvrir des couleurs des objets ou des bâtiments anciens. Le résultat est particulièrement spectaculaire comme on peut le voir sur cet exemple du buste d’Akhénathon.

Image CNRS : Le buste d’Akhénathon reprend des couleurs

Le programme de toutes les démonstrations est disponible sur http://innovatives.cnrs.fr/IMG/pdf/programmeinnovativesshs_2019.pdf

Grégory Maubon (729 Posts)

Grégory MAUBON est responsable des données au sein de HCS Pharma, startup biotech spécialisée dans le high content screening et les pathologies complexes. Il est également Tech Evangelist en Réalité Augmentée depuis 2008, où il a crée le site www.augmented-reality.fr et a co-fondé en 2010, RA'pro l'association de promotion de la réalité augmentée. => www.maubon.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *