Les Moverio BT-40 d’Epson : une 4ème génération qui apporte des innovations étonnantes

La fin 2020 a vu l’arrivé sur le marché de la 4ème génération de lunettes Moverio. Cela fait maintenant 10 ans que l’entreprise Epson a sorti sa première génération, une longévité exceptionnelle dans ce secteur car, rappelons-le, les Google Glass datent de 2013 et la première version des Hololens de Microsoft est sortie en 2016.

10 ans de développement de la gamme Moverio d’Epson.

Nous sommes donc très heureux d’avoir pu rencontrer Marc-Antoine Godfroid (EMEA New Market Development Specialist – Moverio Smart Glasses at Epson Europe B.V.) pour en savoir plus sur les caractéristiques de cette 4ème génération de lunettes Moverio, les BT-40 et BT-40S. Outre les nouveaux écrans à la luminosité améliorée, et la connexion en USB-C qui les rend disponible pour une connexion sur virtuellement tous les appareils possédant cette entrée, vous pouvez noter que cette nouvelle génération abandonne les caméras pour se concentrer sur les usages de visualisation. Ce choix permet de gagner de la place dans la lunette et d’optimiser leur utilisation pour les longues sessions (plusieurs heures). Le confort et la simplicité sont donc au coeur des évolutions.

Cette discussion fut également l’occasion de faire un point que cette décennie de développement. Même s’il est certain que la situation de 2020 à entraîner une évolution des usages avec une forte demande sur l’assistance à distance, la crise a été un accélérateur avec, en plus, un effet de « transformation » sur les processus internes. La gestion de crise a été complété par une vision à plus long termes sur les usages distants. C’est ce travail « hybride » qui est en train de s’intégrer petit à petit dans les entreprises et qui a poussé Epson à construire les BT-40. Les lunettes deviennent un accessoires de productivité avec des usages peut être plus simples que ce qu’on pouvait imaginer (d’où la disparition des caméras.

Mais comme le dit Marc-Antoine : « 10 ans paraissent une longue période mais, en fait, nous n’en sommes qu’au début de l’histoire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *