Dominique Lyoen, sur l’équilibre entre technologie et écologie dans le Metaverse

Nous continuons notre série d’interviews sur le Metaverse en nous intéressant aujourd’hui à sa durabilité. La question n’est pas nouvelle, mais, depuis un an, elle a pris de l’ampleur avec plusieurs actions dédiées : une table ronde sur le dernier Laval Vitual 2023, un rapport du groupement CEPIR, des travaux en cours du Shift Project, etc. Pour explorer cette question, nous sommes allés poser quelques questions à Dominique Lyoen, fondateur de la société Novo 3D et animateur de la Fresque du Numérique.

Dans cette discussion, nous abordons plusieurs sujets en commençant par tenter de délimiter les frontières du Metaverse. Dominique y insiste en particulier sur l’importance de l’interopérabilité et la persistance. Nous rentrons ensuite dans le « dur » en parlant de la durabilité des technologies immersive, pour le matériel (qu’il faut construire) et pour le logiciel (qu’il faut optimiser). Dominique rappelle en particulier que si on peut grossièrement parler de 3 étapes dans la vie d’un appareil numérique (construction, utilisation et fin de vie) ce sont bien la première et la dernière qui sont les plus dommageables aujourd’hui. Pour construire, il faut de l’énergie et des ressources, comme les terres rares. Coté fin de vie, le recyclage est encore peu efficace alors que les générations d’appareils se suivent rapidement.

Dominique questionne l’utilité réelle du Metaverse, en mettant en balance son impact environnemental et ses bénéfices potentiels. Il cite des exemples d’utilisation positive de la VR, comme dans la médecine et l’éducation, mais reste sceptique quant à l’existence d’une « killer app ».

Nous terminons l’entreprise par une discussion autour des bonnes pratiques à mettre en place le plus rapidement possible dans le secteur de la XR.

Un grand merci à Dominique Lyoen pour sa disponibilité !

Consultant réalité augmentée à GMC | Site Web

Grégory MAUBON est consultant indépendant en réalité augmentée (animateur et conférencier) depuis 2008, où il a créé www.augmented-reality.fr et fondé en 2010 RA'pro (l'association francophone de promotion de la réalité augmentée). Il a aidé de nombreuses entreprises (dans plusieurs domaines) à définir précisément leurs besoins en réalité augmentée et les a accompagnées dans la mise en œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *